outre-mer
territoire

Jihadisme : dix ans de prison requis à l'encontre d'Anne-Diana, sœur aînée du clan Clain

justice
salle d'audience tribunal de paris
La seizième chambre du tribunal correctionnel de Paris, où s'est déroulée l'audience d'Anne-Diana Clain et Mohamed Amri. ©MB
Le parquet a requis 10 ans de prison, la peine maximale pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un acte de terrorisme, à l'encontre d'Anne-Diana Clain et de son époux religieux, Mohamed Amri. Tous deux ont été arrêtés en 2016 alors qu'ils tentaient de rejoindre la Syrie.
Anne-Diana Clain a plaidé la naïveté mais cela n'a pas suffit à convaincre le parquet. Au deuxième jour du procès de la sœur aînée du clan Clain, la procureur a requis une peine de 10 ans de prison, assortie d'une période de sûreté des deux-tiers, à l'encontre d'Anne-Diana et de son époux Mohamed Amri.
 
Le parquet requiert une peine complémentaire de 3 ans de suivi socio-judiciaire pour Anne-Diana Clain et une interdiction de territoire pour Mohamed Amri, né en Tunisie et arrivé en France à l'âge de 18 ans en 1977. 
 

Le "clan" Clain

Tous les deux étaient jugés pour "association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un acte de terrorisme", après avoir été arrêtés en 2016 alors qu'ils tentaient pour la deuxième fois de rejoindre la Syrie. Là-bas, ils allaient retrouver le reste de la famille Clain dont les deux frères d'Anne-Diana, Fabien et Jean-Michel, cadres de l'organisation jihadiste connus pour avoir prêté leurs voix aux revendications des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. 

Au commencement du réquisitoire, le parquet a tenu à souligner qu'il ne s'agissait pas du procès des frères Clain, mais qu'on ne pouvait pas ignorer le fonctionnement clanique, "en vase clos", de cette famille.
 

Anne-Diana Clain et Mohamed Amri ne sont pas tout le monde, toute leur famille est sur zone (...) Ils étaient des parents proches de membres éminents de l’organe de propagande de l’Etat islamique. Comment imaginer qu'ils aient ignoré, comme ils le prétendent, le degré d'implication de leurs frères et beaux-frères dans le djihadisme ?
- Réquisitoire

 

Née à La Réunion en 1975, Anne-Diana Clain était la seule membre de la famille Clain a être en prison, avant l'arrestation de sa fille Jennifer en Syrie en septembre dernier. 
Publicité