Judo : Kenny Livèze dans la cour des grands

judo
Kenny Livèze est champion du monde junior dans sa catégorie -100kg. ©Lou Surrans / Outre-mer 1ère
Le jeune judoka guadeloupéen, Kenny Livèze, fait partie de la sélection masculine française pour les championnats du monde de Tachkent, en Ouzbékistan, du 6 au 13 octobre. Il combat pour la première fois chez les seniors, dans la catégorie -100kg.

"Allez Kenny !" Un des coachs de l'équipe de France de judo encourage le Guadeloupéen, Kenny Livèze, lors d'un entraînement à l'INSEP, Institut national du sport, de l'expertise et de la performance, à Paris. Ce dernier participe pour la première fois à un championnat du monde, chez les seniors, dans sa catégorie -100kg, du 6 au 13 octobre à Tachkent, en Ouzbékistan. Du haut de ses 20 ans, il est impatient d'en découdre avec ses ainés.

"J'ai hâte de combattre chez les séniors et de montrer de quoi je suis capable. C'est une autre dimension, c'est dans cette catégorie que tout se joue. C'est maintenant qu'il faut prouver et s'affirmer", confie-t-il à Outre-mer 1ère. Il se donne à 100 % lors de ses entraînements "intensifs" afin d'être prêt pour la compétition.

Le Guadeloupéen n'a pas de quoi rougir : il a été sacré champion d'Europe, champion du monde et champion olympique en cadet. En août dernier, il a remporté l'or aux championnats du monde, chez les juniors, moins d'un an après avoir été victime d'un accident vasculaire cérébral (AVC).

Le début d'une grande carrière

Initialement pensionnaire du BUDOKAN, aux Abymes, le sportif est heureux de représenter son île natale : "C'est une grande fierté de représenter, déjà, la France, et aussi, à une plus petite échelle, le peuple guadeloupéen et toute ma famille".

Le camarade de Teddy Riner, qui lui est forfait pour cette compétition, espère bien marquer des points petit à petit pour gagner sa place pour les JO 2024 de Paris : "2024, c'est l'un des objectifs. Après il y aura 2028, 2032... Je suis au tout début de ma carrière, donc je ne suis pas pressée. Ça prendra le temps qu'il faudra".