outre-mer
territoire

L'acier inoxydable, les ferrailles d'inox et le ferronickel calédonien

nickel
La 1ere.fr
Ferraille d'acier inoxydable au nickel destinée à produire de l'inox recyclé ©Alain Jeannin
Le cours du métal de nickel pur, celui qui est côté à la bourse des métaux de Londres (LME), est monté jusqu’à 10,900 dollars la tonne jeudi matin, avant de se stabiliser autour de 10,500 dollars. 
La bourse des métaux de Londres (LME) est partagée entre optimisme, après l’audit gouvernemental menaçant la production de 20 grandes mines aux Philippines, et pessimisme avec le grand retour envisagé de l’Indonésie en 2017.

Les ferrailleurs dominent

À la City de Londres jeudi, les volumes de nickel échangés étaient un peu moins importants que la veille. La remontée des cours du métal a favorisé la relance des achats de ferrailles d’acier inoxydable au nickel. L’inox recyclé et réutilisable a fait son grand retour sur le marché, car il coûte moins cher que le nickel métal ou l’alliage de ferronickel de type SLN25 calédonien.

Les producteurs européens d’acier inoxydable, comme le franco-belge Aperam ou le finlandais Outokumpu, ont tendance à mettre en concurrence pour leur production, et à utiliser en proportion, l’inox au nickel recyclé ou chute d'inox, et les alliages. La variable d’ajustement et d'utilisation étant le rapport entre le prix de l'alliage de ferronickel et celui de l’inox recyclé qui contient en moyenne 7,5 % de nickel.

Scrap et ferronickel

La ferraille ou «scrap» ne fait pas l'objet de cotations en bourse et s’échange par contrats entre acheteurs et vendeurs. Fin septembre, une tonne de ferraille d’inox au nickel vaut environ 1500 dollars. Les producteurs d’acier inoxydable peuvent donc refondre les ferrailles auxquelles ils n’ajoutent que 8 à 10% de ferronickel pour optimiser la composition des séries 316 ou inox 18/10 (18% de chrome et 10% de nickel).

Tendance

Avant les vacances chinoises qui commencent la semaine prochaine le prix du nickel à la bourse des métaux de Shangaï (SHFE) est inférieur de 370 dollars à celui du LME londonien indique le trader Triland Metals. Les usines chinoises vont tourner au ralenti et la demande en métaux sera moins importante