La liaison Paris-Pointe-à-Pitre au 4e rang mondial des lignes aériennes les plus importantes en nombre de sièges

transports
avions
©ERIC FEFERBERG / AFP

Le trafic Paris - Pointe-à-Pitre ne semble pas trop pâtir des conséquences de la crise sanitaire si l’on en croit les statistiques fournies par OAG relayées par le site Air et Cosmos. La ligne a grimpé à la 4e place mondiale en janvier avec près de 139 000 sièges proposés.

Les fortes turbulences dans le ciel mondial avec la crise sanitaire n'ont semble-t-il pas freiné la bonne santé de la ligne Paris/Orly - Pointe-à-Pitre en Guadeloupe. Avec 139 000 sièges proposés, la destination guadeloupéenne parvient au mois de janvier à se hisser en quatrième position au classement mondial des lignes aériennes les plus importantes en nombre de sièges proposés, indique le site d'information Air et Cosmos qui s'appuie sur les statistiques du fournisseur mondial de données de voyage OAG.   

Dans ce classement, la ligne Dubai-Londres/Heathrow est un leader aux pieds d'argile. Si elle arrive en tête avec 190 365 sièges, elle devrait souffrir au mois de février des mesures de confinement au Royaume-Uni qui, inexorablement, vont réduire la capacité en sièges entre ces deux destinations. La ligne Le Caire-Jeddah arrive en deuxième dans ce classement mondial avec 154 337 sièges et Orlando-San Juan est 3e avec 151 916 proposés.

Une concurrence féroce

Joint au téléphone par Outre-mer la1ère, Jean-Baptiste Heguy, journaliste à Air et Cosmos avance deux raisons pour expliquer la bonne santé de cette ligne aérienne entre l'Hexagone et les Antilles. 

Cette ligne entre Paris et les Antilles attire chaque année plus d'un million de passagers et cette fréquentation ne diminuera pas dans les prochains mois. Il y a d'abord ce lien très fort avec la métropole qui vient expliquer son succès, mais aussi, et c'est lié, une concurrence très féroce entre les compagnies avec des tarifs très agressifs.

Jean-Baptiste Heguy, journaliste à Air et Cosmos

 

Dans ce marché très concurrentiel, les compagnies aériennes du groupe Dubreuil, Air Caraïbes et Frenchbee, sont bien placées. Elles profitent avant tout de leur renforcement sur les destinations Pointe-à-Pitre, Fort-de-France et Cayenne. Mais, dans cette bataille du ciel, la Compagnie Air France n'entend pas rester inerte. Elle vient de muscler, elle aussi, sa desserte Outre-mer grâce notamment à un développement des lignes au départ de Roissy CDG et proposera, dès cet été, jusqu'à 56 vols par semaine entre les Antilles, la Guyane et La Réunion et les deux aéroports parisiens.

Enfin, Corsair, qui a récemment changé d'actionnaires, propose depuis le 16 décembre, un vol quotidien vers la Martinique et 8 vols par semaine vers la Guadeloupe depuis le 19 décembre, avec deux vols les samedis. "Corsair va également intégrer cinq avions A330 dont le premier sera mis en service au mois d'avril", précise Jean-Baptiste Heguy. 

Les Français prêts à reprendre l'avion 

La ligne Paris-Pointe à Pitre devrait également profiter dans les prochains mois de l’appétit intact des Français de prendre l’avion. Selon une étude réalisée par la Chaire Pégase, 61 % des Français comptent s'envoler au moins une fois dans les 12 prochains mois, ce qui est quasi-équivalent à la part (63 %) de 2019.

Concernant les destinations envisagées par les Français, il faut également noter le retour de l’Europe comme destination principale (71 %) suivie de la France métropolitaine (61 %) et des Outre-Mer. Elles arrivent en 3e position et gagnent une place par rapport à 2019. 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live