La Nouvelle-Calédonie perd un ami : Matthew Chamberlain, le régulateur mondial du nickel, quitte le LME pour une start-up crypto

transition énergétique
Matthew Chamberlain Président (CEO) de la Bourse des Métaux de Londres
"La Nouvelle-Calédonie est indispensable à la transition énergétique" (Matthew Chamberlain, Président du LME) ©Alain Jeannin
Le patron du London Metal Exchange (LME) Matthew Chamberlain a quitté la célèbre Bourse des métaux de Londres, qu'il dirigeait depuis cinq ans, pour prendre la tête de Komainu, une entreprise de stockage d'actifs numériques, ont annoncé les deux groupes.

M. Chamberlain a affirmé dans un communiqué de Komainu que le groupe représentait "le meilleur de la finance traditionnelle et de la décentralisation, et représente l'évolution naturelle de notre industrie".

Komainu propose "des solutions sécurisées et aux normes de stockage d'actifs numériques" comme les crypto monnaies, précise le communiqué publié vendredi.

Ce passage de la Bourse aux métaux, vieille de 150 ans, à une entreprise créée en 2018 et basée à Jersey montre l'attractivité du secteur des crypto monnaies pour les acteurs de la finance.

Le LME est notamment réputé pour son anneau de canapés rouges, ou "ring", où siègent les courtiers en métaux industriels et qui est la dernière place financière en Europe à proposer des échanges de visu.

LME
Acheteurs et vendeurs. Les Traders du Nickel à la bourse des métaux de Londres (LME) ©Alain Jeannin

M. Chamberlain, nommé à l'âge de 35 ans à la tête du LME en 2017, avait notamment proposé la fermeture du "ring" pour chercher à moderniser l'institution Boursière britannique, qui souffre de la concurrence du Chicago Mercantile Exchange (CME) aux Etats-Unis et du Shanghai Futures Exchange (SHFE) en Chine qui est le premier consommateur mondial de matières premières et le premier importateur du nickel de la Nouvelle-Calédonie.

Mais les vives réactions provoquées par cette annonce d'arrêt des échanges physiques l'avaient poussé à revoir ses plans. Monsieur Chamberlain s’était montré très intéressé par la place de la Nouvelle-Calédonie dans le nickel pour la transition énergétique : "Nous avons besoin de nickel propre, extrait dans des conditions environnementales et sociétales reconnues, donc nous avons besoin de la production calédonienne. Ici, à Londres, nous voulons du nickel "vert" et responsable", avait-il déclaré dans une rare interview accordés à Outre-mer La 1ère.

Le LME est la filiale depuis 2012 du propriétaire de la Bourse de Hong Kong, le Hong Kong Exchanges and Compensation (HKEX), et propose de multiples contrats à terme sur les métaux non-ferreux (cuivre, aluminium, plomb, zinc, nickel et étain principalement).

LME
Devant le London Metal Exchange à Londres ©Alain Jeannin

LME

Pendant ce temps, le nickel reprend ses tours ce lundi et se montre réactif dans un marché plutôt calme. Mais la demande est là indique un analyste londonien.

Le cours redevient haussier pour l’ingrédient de l’acier inoxydable et des batteries électriques. Le roulement de tambour a repris en matinée autour de la corbeille du London Metal Exchange (LME).

Les stocks de minerai ont diminué de 175.000 tonnes dans les ports chinois, la saison des pluies au Philippines, premier exportateur mondial de minerai, a limité les arrivées de cargaisons, précise le quotidien spécialisé Hellenic Shipping News.

Certes, "les flux sont globalement calmes en ce début de semaine pour générer une vraie dynamique de marché, après avoir quitté leur plus haut niveau depuis dix ans", pondère James Gordon de Marex Spectron, mais pour le moment les traders de la City de Londres font preuve d’optimisme. Le départ de Matthew Chamberlain n’y change rien.

LME Nickel le 31/01/2022 à 12:45 GMT : 22.989 dollars/tonne + 2,94 %

Twitter @Alain_Jeannin