La vanille : produit d’exception des Outre-mer au Salon de l’Agriculture

agriculture
La vanille au Salon de l'Agriculture
La vanille au Salon de l'Agriculture. ©Louis Metivier
Pour ce 58e Salon de l’Agriculture, c’est un produit haut de gamme qui attire l’œil sur les stands Outre-mer, la vanille. Et si l’orchidée qui donne la vanille est endémique de La Réunion, Mayotte et la Polynésie française comptent bien montrer que leur production est tout aussi bonne.

"Je suis très content de venir au salon avec la région Réunion. C’est la première fois qu’on participe au salon, ça met en avant énormément de produits de La Réunion, et surtout les savoir-faire de différents producteurs de vanille" savoure Pierre Saint-Lambert, producteur de vanille au Domaine de Bellevue.

La vanille, indissociable de La Réunion

Pierre n’est en effet pas le seul producteur de vanille ultramarin dans le Hall 5 .1 réservé aux produits et saveurs de France d’Outre-mer. A peine quelques mètres plus loin, au milieu des effluves des plats ultramarins, Louis Leichnig, producteur de vanille depuis plus de 35 ans sur l’île de La Réunion, est présent, fier de son terroir.

Pierre Saint-Lambert, producteur de vanille à La Réunion.
Pierre Saint-Lambert, producteur de vanille à La Réunion. ©Louis Metivier

"La vanille est née à La Réunion, dans la culture et par son aspect économique, La Réunion était le premier producteur mondial de vanille. Puis, ça s’est étalé un peu partout,… " raconte Louis Leichnig, avant de poursuivre, "Ce qui fait sa richesse (La Réunion), c’est le sol volcanique qui donne un bon parfum, et moi, mon travaille, c’est de faire le haut-de-gamme dans la vanille de l’île de La Réunion."

Louis Leichnig
Louis Leichnig, producteur de vanille depuis plus de 35 ans sur l’île de La Réunion. ©Louis Metivier

Mayotte : le nouveau venu

Pour autant, La Réunion n’a pas l’apanage de la production de vanille, et Mayotte compte bien tirer son épingle du jeu. "La vanille de Mayotte a de particulier qu’elle a 2,2% de vanilline, c’est très élevé", dit fièrement Chadhouli Soulaimana, président de Saveurs et Senteurs de Mayotte.

La filière est très récente à Mayotte, on a commencé en 2018, on était avec 65 kg de vanille verte. En 2019, on était avec 200 kg et en 2021, à 550 kg. Cette année, on dépassera la tonne.

Chadhouli Soulaimana, président de Saveurs et Senteurs de Mayotte.
Chadhouli Soulaimana, président de Saveurs et Senteurs de Mayotte.
Chadhouli Soulaimana, président de Saveurs et Senteurs de Mayotte au salon de l'agriculture. ©Louis Metivier

Une filière qui se développe et qui provoque un engouement local : "On arrive à écouler notre produit à Mayotte même, ça plaît beaucoup aux gens, même nos voisins viennent la goûter", se réjouit le président de Saveurs et Senteurs de Mayotte.

La Polynésie française et la vanille au soleil

Carlos et Mareva Lo-Sam-Kieou
Carlos et Mareva Lo-Sam-Kieou, producteurs de vanille en Polynésie française. ©Louis Metivier

A une dizaine de mètres du stand de Mayotte, celui de la Polynésie française. Après les étalages d’huile de monoï, des gousses de vanille alignées, c’est la production de Carlos et Mareva Lo-Sam-Kieou. Pour cette dernière, "c’est un honneur de venir ici (au Salon de l’Agriculture), et en plus de ça, ça nous permet de promouvoir notre produit, qui est quand même un produit d’exception, on voulait vraiment venir participer à ce salon".

Mais alors, qu’elle est la particularité de cette vanille, produite au milieu du Pacifique ? "Elle est très très parfumée, on n’a pas la même méthode de préparation comme celle de La Réunion ou des autres départements et pays d’Outre-mer. La nôtre a été préparée au soleil, il en faut beaucoup pour dégager tous les parfums de la gousse", explique Mareva.

Un concours pour les départager tous

Il fallait s’y attendre, mais chacun défend sa chapelle. Alors comment savoir qui produit la meilleure vanille ? Est-ce La Réunion, berceau de la culture de la vanille ? Est-ce Mayotte qui en redécouvre la production ? Où est-ce la Polynésie française dont la vanille est séchée au soleil ? Pour cela, jeudi, se tiendra le Concours Général Agricole de la vanille.

"Nous, on a deux producteurs qui participent au concours plus l’association, on est là pour gagner, la compétition, c’est la gagne !" s’exclame Chadhouli Soulaimana. Bien que novice dans cette production, la délégation mahoraise est confiante.

Un autre novice du salon, un peu moins confiant, Pierre Saint-Lambert, le producteur Réunionnais, même s’il est sûr de son produit : "La vanille Planifolia, c’est l’une des vanilles qui a l’un des plus forts taux de vanilline. Ce n’est pas la plus grosse, ni avec le meilleur rendement, mais celle qui a le plus d’odeur et de parfum. (…) Comme c’est la première fois qu’on participe, j’espère obtenir une médaille, c’est déjà bien, je n’espère pas une médaille d’or, mais la médaille d’or, ça serait déjà bien".

Concours ou pas, Mareva Lo-Sam-Kieou est convaincue que la meilleure vanille, c’est la sienne : "Moi, je dirais qu’elle est meilleure que les autres, (…) Il y a beaucoup de chaleur humaine, de passion, il y a tout à l’intérieur de la gousse qui symbolise la Polynésie française."

Bien évidemment, la meilleure vanille est celle que vous préférez, celle à votre goût. Et vous avez jusqu’à dimanche pour venir les goûter au Hall 5.1 dédiée à tous les territoires ultramarins.

Les Outre-mer au Salon de l'Agriculture
Les Outre-mer au Salon de l'Agriculture. ©Louis Metivier