outre-mer
territoire

Le débris trouvé à La Réunion ne provient probablement pas du MH370, selon les Australiens

accidents
mh370
Des messages d'espoirs inscrits sur un mur lors d'une cérémonie en mémoire des victimes du vol MH370 à Kuala Lumpur le 6 mars. ©Mohd Daud/NurPhoto
Un nouveau débris retrouvé début mars sur le littoral de La Réunion ne provient probablement pas de l'épave du MH370 de la Malaysia Airlines, selon le centre australien coordonnant les recherches du Boeing disparu il y a deux ans.
Le seul élément de l'avion à ce jour authentifié avec certitude est un morceau d'aile qui avait été découvert sur le littoral réunionnais fin juillet 2015 par le même homme qui a trouvé le 3 mars sur les galets du bord de mer un morceau mesurant selon lui environ 40 centimètres sur 20. En revanche, le Centre de coordination des recherches basé en Australie estime que le nouveau débris découvert à La Réunion début mars ne provient probablement pas de l'épave du MH370 de la Malaysia Airlines.

Discussions avec La Réunion           

Le Centre de coordination des recherches (JACC), basé en Australie, met en commun les ressources des pays participant à la recherche de l'épave dans le sud de l'océan Indien. Dans un communiqué, le centre a indiqué que les responsables malaisiens continuaient "les discussions avec les autorités françaises au sujet du débris découvert à La Réunion". Mais il ajoute que "les avis actuels sont qu'il est improbable qu'il provienne d'un avion".
 

Débris du Mozambique              

Le JACC précise que les préparatifs sont en cours pour acheminer en Australie deux autres débris découverts au Mozambique. Ces éléments seront analysés à Canberra par des experts australiens, malaisiens, ainsi que des ingénieurs de Boeing pour tenter de déterminer s'ils proviennent d'avions.

Trois-quarts de la zone parcourue

L'avion de Malaysia Airlines s'était volatilisé le 8 mars 2014 peu après son décollage de Kuala Lumpur à destination de Pékin, avec 239 personnes à bord. Les recherches dans l'océan Indien n'ont à ce jour rien donné. Les trois-quarts d'une zone de 120.000 kilomètres carrés ont d'ores et déjà été parcourus. Si aucun indice n'est trouvé une fois parcourue toute la zone de recherches, celle-ci ne sera pas agrandie.
Publicité