Le député de Guadeloupe Olivier Serva interpelle le gouvernement sur la distribution de l'eau

gouvernement
6198d4b40cc9f_000-96l24h.jpg
Olivier Serva, député de Guadeloupe, à l'Assemblée nationale. ©THOMAS SAMSON / AFP
Olivier Serva (LIOT) a attiré l'attention du ministre chargé des Outre-mer, Jean-François Carenco sur la privation d'eau en Guadeloupe, mais aussi à Mayotte. L'élu guadeloupéen appelle à "intensifier et élargir le Plan ORSEC eau potable" et à la "mise en place de mesures d'urgence supplémentaire".

"Plus de 40 000 foyers guadeloupéens sont privés d'eau depuis le passage de la tempête Fiona", dénonce le député guadeloupéen Oliver Serva. Devant le gouvernement, il demande à régler la question de l'eau, qui posait déjà problème avant la tempête Fiona, en septembre dernier. 

L'élu du groupe Libertés, Indépendants, Outre-mer et Territoires (LIOT), dit être interpellé par des Guadeloupéens "privés d'eau depuis cinq jours". Pourtant, le Plan ORSEC eau potable "prévoit la distribution de trois litres d'eau potable par habitant et par jour. Sur le terrain, nous n'en voyons pas la couleur tous les jours", explique Oliver Serva. 

Le député de Guadeloupe souhaite que le gouvernement mette en place des "mesures d'urgence supplémentaire", comme la baisse du prix du pack d'eau : "Le prix du pack de six bouteilles d'1,5 litre doit être placé à 1 euro. En Guadeloupe, 34,5 % de la population vit sous le seuil de pauvreté [...]. Payer un pack d'eau plus de 5 euros lorsque ce liquide vital ne coule pas dans les robinets relève de l'agression, Monsieur le ministre."

Enfin, Olivier Serva attire l'attention de Jean-François Carenco sur la situation à Mayotte, où "un tiers de la population n'a pas accès à l'eau" et où "seulement 10 % du réseau est accordé à l'assainissement."

En réponse au député, le ministre chargé des Outre-mer assure que la situation en Guadeloupe "mobilise le ministère". Il annonce qu'une "solution définitive sera trouvée pour Noël". Jean-François Carenco déclare également qu'une "convention sera signée dans les deux prochaines semaines", pour pallier les problèmes structurels liées à la distribution de l'eau. Le ministre n'oublie pas d'évoquer Mayotte, il assure qu'un "contrat de 400 millions d'euros a été signé".