Le duo Bonbon Vodou de retour avec Cimetière Créole, son 2ème album

musique
Oriane Lacaille et JereM Boucris - Bonbon Vodou
Oriane Lacaille et JereM Boucris à Craon (Mayenne) le 19 septembre 2021 ©KP
Oriane Lacaille est la fille de René Lacaille, figure du séga, la musique réunionnaise. JereM Boucris est le fils de deux psychiatres lacaniens. Ils forment le duo Bonbon Vodou qui vient de sortir Cimetière Créole, un album où ils revisitent la chanson française en succulence créole.

Pour la première date de leur tournée à Craon en Mayenne, ils jouaient sur la scène d’une ancienne église reconvertie en salle de spectacle. Pas banal quand son groupe s’appelle Bonbon Vodou.  

Bonbon Vodou en répétition à Craon (Mayenne)
Bonbon Vodou en répétition à Craon (Mayenne) ©Gilles Mazaniello

Un duo orchestre sur scène 

Cette confiserie musicale a deux parfums. D’un côté, Oriane Lacaille, percussionniste, est issue d’une famille de musiciens de l’île de La Réunion. René, son père, joue de l’accordéon et son grand-père du trombone. De l’autre, JereM Boucris est le fils de deux psychiatres lacaniens. Le guitariste autodidacte est originaire de la Tunisie par son père et de Grenoble par sa mère.  

Sur scène, les deux musiciens étonnent avec leurs instruments artisanaux : de la guitare-bidon aux ukulélés trafiqués en passant par des sacs plastiques et des boîtes de sirop. De leurs instruments émanent des sonorités éclectiques, nées des rencontres et des voyages de l’Afrique de l’Ouest à l’Amérique du Nord.

Le duo est aussi amoureux des mots comme en témoigne le titre de leur groupe Bonbon Vodou. 

On aime bien la collision entre les deux mots, l’espace que ça ouvre dans l’imaginaire pour ceux qui l’entendent. Et ça correspond bien, on pense, à la musique qu’on fait, le côté sucré, le fait qu’on soit un couple en groupe, les thèmes abordés qui peuvent être plus piquants, plus denses, plus noirs parfois.

JereM Boucris 

 

Ont-ils eu peur de repousser un public potentiel avec le nom de leur duo? "On n’a pas eu peur de perdre une partie du public avec ça. C’est vrai que le vodou peut inquiéter mais tout le monde aime les bonbons, non?", répond malicieusement JereM.  

Un cimetière comme source d’inspiration 

Dans leur deuxième album, se côtoient la vie et la mort comme dans Cimetière créole, un titre inspiré par celui de Saint-Paul, baigné à l’ouest de La Réunion par l’océan Indien. 

Les cimetières marins à La Réunion sont très fleuris, très colorés, plein de vie en fait. C'est ce qui nous a plu. C'est le contraste entre un endroit où on pourrait croire que ça pourrait être sinistre et en fait, c'est très beau, très vivant, il y a beaucoup de gens qui passent. C'était ça qui nous plaisait. C'était ce contraste-là. 

Oriane Lacaille

Avec des textes en français et en créole, Oriane Lacaille et JereM Boucris dénoncent des maux de la société à l'instar des violences faites aux femmes avec De Colère. Et dans Si Rogré, Oriane Lacaille dialogue avec une ancêtre esclave de l’île de La Réunion.  

Après African Discount, leur premier album, une des envies du duo Bonbon Vodou était aussi d’inciter le public à danser. C’est le cas avec Suiv amoin mon dalon, “suis-moi mon ami” en créole réunionnais. Oriane Lacaille y donne la parole à la danse, la narratrice sur une composition de JereM Boucris inspirée par le séga et le maloya, deux musiques emblématiques de La Réunion.  

"Si tu as le pied dans la tombe, t’as qu’à danser de l’autre", ajoute en souriant Oriane Lacaille, dans un appel à vivre le moment présent. Si vous voulez danser avec eux, leur tournée ne fait que commencer. Elle passera par Paris le 1er octobre avant Mayotte et La Réunion.  

Voyez le reportage d'Outre-mer la1ère :

 

Bonbon Vodou en tournée

1er octobre 2021 : café de la danse à Paris 

16 octobre 2021 : festival Milatsika à Chiconi, Mayotte 

18 octobre 2021 : Saint-Pierre de La Réunion