Le gouvernement condamne les violences contre les immigrés à Mayotte

immigration
Bernard Cazeneuve et George Pau-Langevin
Bernard Cazeneuve et George Pau-Langevin ©RICHARD BOUHET / AFP
Alors que les violences contres les immigrés se poursuivent à Mayotte, les ministres de l'Intérieur et des Outre-mer publient un communiqué pour condamner ces violences "Qui n'ont pas leur place dans la République".
Alors que depuis dimanche 15 mai, les incendies des habitations d'immigrés se sont multipliés dans certains villages du sud de Mayotte, le gouvernement sort de son silence pour condamner "Les violences commises ces derniers jours à Mayotte à l’encontre de familles, ayant par ailleurs conduit à la destruction de leurs habitations. De tels comportements n’ont pas leur place dans la République."  

Poursuites judiciaires

Dans leur communiqué commun, Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, et George Pau-Langevin, ministre des Outre-mer, rappellent que "Tous les individus impliqués, dont l’enquête devra établir l’identité, devront rendre compte de leurs actes devant la justice.


Forces de l'ordre et lutte contre l'immigration clandestine

Les ministres rappellent que 822 policiers et gendarmes sont présents à Mayotte pour assurer la sécurité. Ils annoncent que 76 policiers et gendarmes supplémentaires seront affectés cette année à Mayotte.

Par ailleurs, Bernard Cazeneuve et George Pau-Langevin rappellent les chiffres des reconduites à la frontière d'immigrés clandestins : 18 763 personnes reconduites en 2015 et 65 87 depuis le 1er janvier 2016.

Un plan contre l'insécurité

D'ici la fin du mois de mai, assure le communiqué, "A la demande du Premier Ministre, un plan d’actions contre l’insécurité et l’immigration clandestine sera présenté". Il viendra compléter le plan stratégique Mayotte 2025.  
Les Outre-mer en continu
Accéder au live