Le guide étudiant, partie 3 : quelles aides financières pour les étudiants ultramarins dans l'Hexagone ?

éducation
Etudiante
©J-M. Mavounzy
Les étudiant.e.s qui arrivent d'Outre-mer ont droit à des aides financières pour supporter le coût des études dans l'Hexagone, mais aussi aux aides classiques à disposition au niveau national. Dans ce troisième volet du guide pour les étudiants, Outre-mer la 1ère vous les détaille.

Entre le billet d'avion, le logement, les transports, le coût des études et tous les à-côtés, la vie étudiante peut vite creuser un gros trou dans son budget, surtout lorsqu'on arrive dans une nouvelle ville. Pour les étudiant.e.s et notamment celles et ceux venu.e.s des Outre-mer, il existe de nombreuses aides.

Les bourses des territoires…

Les collectivités locales des territoires ultramarins proposent des aides financières pour leurs étudiant.e.s, qu'ils ou elles partent dans l'Hexagone ou à l'étranger, ainsi que des prêts. Prime d'équipement, prise en charge du billet, bourse, aide à l'installation... Retrouvez le détail et les conditions d'attribution pour chaque territoire :

… et les bourses dans l'Hexagone

La plus célèbre des bourses étudiantes est celle octroyée par le CROUS, réservée aux étudiants de moins de 28 ans, "aux ressources familiales limitées". Il faut pour cela déposer un dossier social étudiant (DSE) sur le site MesServicesEtudiants, entre les mois de janvier et de mai précédant la rentrée universitaire. 

Vous pouvez également solliciter les aides de la CAF, qui s'occupe des aides personnalisées au logement (APL) et de l'aide sociale au logement (voir notre guide étudiant sur le sujet), mais aussi du versement de la prime d'activité.

Les aides pour le transport

Avec le passeport mobilité, LADOM prend en charge "en totalité ou en partie" un trajet aller et un trajet retour entre son département d'origine et son lieu d'études. L'aide concerne les moins de 26 ans, résident.e.s de Martinique, de Guadeloupe, de Saint-Martin, de Saint-Barthélemy, de Guyane, de La Réunion et de Mayotte, qui sont rattaché.e.s à un foyer fiscal dont les ressources annuelles ne dépassent pas 26 631 euros.

LADOM peut aussi apporter un soutien aux Ultramarin.e.s en formation professionnelle. Elle assure "un rôle d'intermédiaire" et est en contact avec les collectivités, les centres de formations et les entreprises, "auprès desquelles elle intervient pour obtenir des formations et des contrats de travail".

Les aides alimentaires

En cas de difficultés pour vous alimenter, voici les solutions à disposition. Tout d'abord, le ticket pour un repas à 1 euro, proposé dans les CROUS pour les bénéficiaires de la bourse, valables également les soirs et les week-ends. 

De nombreuses associations organisent des distributions de repas gratuits pour les personnes en situation de précarité. Les restos du cœur, le la Croix Rouge, le Secours populaire… Toutes ces associations nationales possèdent des antennes dans toute la France, dont vous pouvez vous rapprocher pour bénéficier de leurs repas. 

Certaines AMAP, les associations pour le maintien de l'agriculture paysanne, proposent aussi des paniers étudiants à petit prix. Contre une dizaine d'euros, vous obtenez des fruits et légumes de saison, frais et locaux. 

Enfin, certaines associations ultramarines se chargent aussi de distribuer des repas gratuits aux étudiant.e.s de leurs territoires. L'annuaire #Outre-merSolidaires est à retrouver par ici.

Les autres volets du guide pour étudiants ultramarins dans l'Hexagone :