A Londres, la SLN et VALE agitent la presse économique du nickel

nickel
NICKEL
Convoyeur de nickel sur le site minier de la SLN à Thio ©Anne Claire Monna AFP
Le Bulletin des Métaux est l’un des sites d’information les plus consultés à la City de Londres. Ce jeudi, un long article évoque l’arrêt provisoire de la mine de Thio, une information importante. Tout comme Vale NC. Moins de nickel sur le marché ? La spéculation est relancée.
 
Oublier pour quelques heures le coronavirus et la baisse de la production industrielle en Chine, bref s’intéresser à autre chose. Les traders en rêvaient, le Metal Bulletin l’a fait avec la Nouvelle-Calédonie, ce jeudi. "Suite à une série de blocages ces derniers mois, je confirme que toutes les activités sont suspendues à Thio". Ainsi commence le long article du Metal Bulletin de Londres, par la réaction d'un porte-parole du groupe Eramet à Paris. L’article de la journaliste Amy Hinton pointe ensuite les conséquences pour la production mondiale de minerai de nickel de la situation de blocage sur le site de Thio. L’article (extrait en bas de page) évoque aussi le blocage des exportations de Thio pour l’usine de Doniambo "qui risque de souffrir et a déjà subi une baisse de 18 % de sa production pour les mêmes raisons en 2019" . En dépit des difficultés de production sur les mines "avec en plus, les grèves", la SLN espère toujours exporter 4 millions de tonnes de nickel en 2021" conclut Amy Hinton. 

Discount sur le ferronickel
Pour ne rien arranger, la journaliste de Fastmarkets confirme l’information de la 1ere selon laquelle les producteurs mondiaux de ferronickel, comme la SLN et KNS, seraient contraints de pratiquer un discount sur les prix de près de 1800 dollars sous le cours du nickel au LME, en raison de la concurrence de la fonte indonésienne à bas coût. Les usines calédoniennes, engagées dans la bataille du nickel, n'avaient pas besoin de ce "malus".

Moins de nickel calédonien sur le marché ?
Comme si cela ne suffisait pas, les analystes de Marex Spectron (voir extrait en bas de page), le plus grand négociant britannique de nickel, ont annoncé jeudi matin sur leur fil info : "Vale a décidé d'arrêter ses activités de raffinage en Nouvelle-Calédonie (VNC) d'ici avril 2020. Des rapports suggèrent que cela supprimera 5 % de la capacité annuelle de nickel de classe 1 du marché mondial". Que l’information ne soit pas nouvelle, qu'elle ne parle pas du transfert de la production vers un nouveau produit porteur, le NHC, importe peu à Londres. Ce qui compte, c’est l’effet d’annonce et ses conséquences sur le cours du nickel : le métal a gagné 4 % en 48 heures, et 1,70 % jeudi après-midi. La spéculation sur les difficultés, réelles ou supposées, de la SLN et de Vale permet aux traders d'envisager une possible réduction de l’offre calédonienne de nickel, ce qui fait monter les prix...  

Extraits Metal Bulletin 05/03/2020
"EXCLUSIVE: Fresh blockade halts operations at SLN’s Thio nickel mine
Société le Nickel will halt operations at its Thio nickel mine in New Caledonia to protect the site and its employees while fresh industrial action continues to jeopardise already-embattled operations, the company said on Thursday March 5. (Fastmarkets Metal Bulletin)

Extraits Marex Spectron
On the wires, Vale has decided to halt its Vale New Caledonia (VNC) refinery operations by April 2020. Reports suggest this will remove c. 5% of annual Class 1 Nickel capacity from the market. (Marex Spectron news)

Cours du nickel au LME de Londres le 05/03/2020 à 16H30
12.897 dollars la tonne, +1,70%