Malia Metella et ses deux coéquipiers achèvent leur traversée du lac Titica

natation guyane
La Guyanaise Malia Metella.
Les trois nageurs du défi Titicaca. De gauche à droite : Malia Metella, Théo Curin et Matthieu Witvoet. ©Nicolas Götz-Velobs.
Ils s'étaient lancé un défi inédit : traverser le lac Titicaca en tractant à la nage un radeau de 500 kg. Partis début novembre, la Guyanaise et ses coéquipiers ont terminé cette nuit leur parcours malgré des conditions climatiques difficiles, après onze jours de nage et 122 km traversés.

"C'est une première qui s'inscrit dans l'histoire.(...) On est les premiers et on est fiers", ce sont les premiers mots de Malia Metella, lors de son arrivée à Puno au Pérou avec ses coéquipiers. La nageuse guyanaise, âgée de 39 ans et vice-championne olympique de natation, a réussi son pari de traverser en dix jours le lac Titicaca (Pérou) à la nage. Elle était accompagnée de Théo Curin, 20 ans, athlète nageur paralympique et Matthieu Witwoet, 27 ans, aventurier militant écologique.


Le trio a affronté des conditions climatiques très rudes : vents, orages, manque d'oxygène lié à l'altitude et une eau à dix degrés. En plus de cela, ils tractaient un radeau de 500 kg pour donner un objectif écologique à ce projet. "Eco-conception du radeau, autonomie énergétique, mais aussi gestion raisonnée des déplacements ou encore réduction des emballages. L’équipe s’engage également à mesurer scientifiquement et objectivement chacune des actions mises en place en réalisant des études d’impact et un bilan carbone précis qui seront publiés", peut-on lire sur leur site Défititicaca. Ce bateau leur servait de refuge pour dormir et manger.

 

Un an de préparation

Pour se préparer au challenge, Malia Metella, a soumis son corps à des conditions extrêmes pendant un an. "Cela a été très spécial. Dormir tout l'hiver la fenêtre ouverte pour m'habituer au froid extérieur, parce que nous allons dormir dans une tente. Ensuite nous avons nagé dans une eau à 16°. J'ai pris des douches froides durant toute l'année. Je crois que j'aurai du mal à me réhabituer à des plus hautes températures. J'ai habitué mon corps au froid sans aller dans de l'extrême. Je vais continuer après", expliquait l'ancienne championne olympique, avant la traversée.

Les trois athlètes ont franchi ensemble la ligne d'arrivée symboliquement et s'accordent quelques jours de repos avant de se lancer dans de nouveaux défis.