Manifestation anti-racisme à Paris : la fille de Claude Jean-Pierre demande justice pour son père

manifestation
Bannière "Justice pour Claude Jean-Pierre" ©Jean-Michel Mazerolle
Claude Jean-Pierre avait été interpellé violemment le 21 novembre 2020 en Guadeloupe. Douze jours après, le retraité succombait à ses blessures. Aujourd'hui, sa fille et son compagnon veulent que justice soit faite.

Il y avait du monde à Paris ce samedi après-midi pour dénoncer le racisme et les violences institutionnelles et policières. Parmi les manifestants, Fatia Alcabelard et son compagnon Christophe Sinnan venus en mémoire de leur père et beau-père, Claude Jean-Pierre. Ce retraité guadeloupéen de 67 ans était décédé quelques jours, après un contrôle routier dans le bourg de Deshaies. Extrait de sa fourgonnette et violenté par les gendarmes, Claude Jean-Pierre était resté une quinzaine de minutes au sol, allongé à même la chaussée avant l’arrivée des pompiers.

Les images de cette arrestation étaient devenues virales sur les réseaux sociaux. 

Des soutiens jusqu'à Paris

Ce samedi, la préfecture de Paris a décidé de transformer cette marche contre le racisme et les violences policières en rassemblement statique, place du châtelet, au cœur de la capitale. Un important dispositif policier a été déployé pour encadrer le millier de manifestants présents.

Des policiers ont été déployés pour encadrer le rassemblement ©Jean-Michel Mazerolle

Pas de quoi pour autant démobiliser les soutiens de "Klodo", comme l’appelaient affectueusement ses amis. Avec d'autres familles de victimes, Fatia et son compagnon sont plus que jamais mobilisés : "Aujourd'hui, on se bat pour lui, pour de nombreuses familles de victimes, et surtout pour que ces affaires ne restent pas inconnues du grand public et ne restent pas impunies" évoque Fatia  Alcabelard. 

Après plusieurs manifestations de soutien en Guadeloupe, la famille du retraité de Deshaies a pu constater que le combat pour que toute la lumière soit faite sur son décès trouvait un écho à Paris. Elle espère désormais que la mobilisation parisienne permettra d’accélérer le traitement judiciaire de cette affaire.