Marine Le Pen : "donner 2 milliards à la Guyane, ca ne servirait à rien"

outre-mer politique
Interrogée par la1ere, la candidate du Front national s'est exprimée sur la crise sociale que traverse la Guyane. Pour la candidate du Front national, la solution à la crise réside dans l'arrêt de l'immigration clandestine.
Dans une interview accordée via Facebook live par la1ere, Marine Le Pen a répondu aux questions des internautes et est revenue sur la crise sociale que traverse la Guyane. Une situation qu'elle assure avoir repéré depuis longtemps, adressant au passage un petit tacle à Ericka Bareigts.

Doubler les effectifs de police et de gendarmerie

"Je ne suis pas comme la ministre des Outre-mer qui s'est réveillé à un moment donné avec une grande négligence (..) Dans mon projet, il y a déjà des solutions extrêmement précises pour l'Outre-mer, assure la candidate du Front national qui souhaite notamment le "doublement des effectifs de police et de gendarmerie" dans la collectivité.
 

Supprimer "les pompes aspirantes pour l'immigration clandestine"

Pour Marine Le Pen, les racines de la crise sociale dans la collectivité résident avant tout dans l'immigration clandestine. La candidate souhaite donc par la suppression "du droit du sol,  de l'intégralité des aides sociales,  et de l'espérance de régularisation", "qui sont autant de pompes aspirantes de l'immigration clandestine". "
"Il faut pouvoir ramener les gens dans leurs pays d'origine et tenir nos frontières avec le Surinam et le Brésil", a-t-elle poursuivi.

 

Donner 2 milliards, c'est verser 2 milliards de litres d'eau dans le sable 







Le plan d'aide d'urgence de 2,5 milliards d'euros demandé par les collectifs a été refusé par le Premier ministre Bernard Cazeneuve. Marine Le Pen l'assure, elle non plus n'aurait pas cédé à la requête de Pou Lagwiyann dékolé. "Si on ne règle pas le problème de l'immigration clandestine et de l'insécurité, donner 2 milliards, c'est verser 2 milliards de litres d'eau dans le sable. Ca ne sert strictement à rien, tous les investissements qui seront faits pour la Guyane ne règleront pas le problème de submersion des systèmes éducatif et de santé", a-t-elle déclaré.


Regardez en haut de l'article un extrait de l'entretien, que vous pouvez visonner dans son intégralité ici 

> Suivez la situation en Guyane minute par minute avec notre Live spécial