outre-mer
territoire

Mayotte : 14 jours de grève générale et les incidents se multiplient

social
Grève Mayotte
Des gendarmes mobiles dégagent les obstacles sur un barrage routier, sous l'oeil de jeunes manifestants cagoulés. ©Mayotte 1ère
La grève générale se poursuit à Mayotte. L'intersyndicale réclame l'application de "l'égalité réelle". En marge du mouvement des groupes de jeunes casseurs sévissent. Les Mahorais déplorent sur les réseaux sociaux l'indifférence de l'hexagone face à cette situation.
Comme ce week-end, de nouveaux incidents se sont produits à Mayotte dans la nuit de lundi 11 à mardi 12 avril. Le scénario est identique : des bandes de jeunes casseurs profitent de la grève générale pour commettre des actes de malveillance, détruire des voitures et racketter les automobilistes. Sur sa page Facebook, Mayotte 1ère montre des images des dégâts commis dans la nuit.

Le quartier M'balamanga de M'tsapéré après le passage des délinquants. 8 voitures vandalisées.

Posté par Mayotte 1ère sur lundi 11 avril 2016

 

Quelle situation mardi matin ?

Comme chaque matin depuis le début de la grève générale, Mayotte tourne au ralenti. Les barrages routiers empêchent par exemple les cars scolaires de transporter les enfants vers les écoles, collèges et lycées.

Les arrêts de bus scolaires sont vides Ici tous les matins des enfants attendent les cars qui les emmènent à l école

Posté par Mayotte 1ère sur lundi 11 avril 2016

 

Les forces de l'ordre tentent de rétablir la circulation en dégageant les obstacles mis en place sur les barrages. Comme l'explique Mayotte 1ère, les syndicats maintiennent le mouvement et réclament la venue d'un émissaire de Paris.


Silence politique et médiatique

Malgré ces 14 jours de grève générale, le silence reste de mise à Paris. Du coté du gouvernement, aucun commentaire à ce jour. Dans les médias nationaux non plus. Sur les réseaux sociaux, les Mahorais s'étonnent de ce silence assourdissant.


Les raisons de la colère

La grève générale a été déclenchée le 30 mars 2016, il y a 14 jours. L'intersyndicale réclame "l'égalité réelle" pour le 101ème département, comme le rappelle ici La1ère.
Publicité