outre-mer
territoire

Mayotte: des renforts vont être envoyés sur place

france
Bernard Cazeneuve et George Pau-Langevin
Bernard Cazeneuve et George Pau-Langevin ©RICHARD BOUHET / AFP
Le ministère de l'Intérieur va envoyer des renforts à Mayotte pour calmer la situation, a annoncé mercredi la ministre de l'Outre-mer George Pau-Langevin, après plusieurs nuits de violences urbaines sur l'île, perturbée depuis plus de deux semaines par un mouvement social.
Les deux ministres ont aussi convenu "d'améliorer la liaison" entre leurs ministères sur "les questions de sécurité en Outre-mer", a précisé la ministre après un entretien avec Bernard Cazeneuve. Cela passera notamment par la mise en place d'une "structure de liaison" et d'"une feuille de route" envoyée à chaque préfet, "puisqu'on a des difficultés à Mayotte, mais aussi en Guyane, à la Guadeloupe, en Nouvelle-Calédonie", a-t-elle souligné.
 

Un dispositif renforcé dans les quartiers de Mamoudzou

Voitures caillassées à Mayotte
©AFP

A Mayotte, la Préfecture a mis en place mardi soir un dispositif renforcé dans les quartiers de Mamoudzou touchés par des violences (Mtsapéré, Cavani, Doujani) "avec les moyens qui sont les nôtres", a expliqué à l'AFP la directrice de cabinet, Florence Ghilbert-Bezard. Ce dispositif a permis, selon elle, de contenir les violences entre bandes rivales, même si une centaine de jeunes, présents dans la soirée dans les rues de Mamoudzou, ont encore dégradé des véhicules.

Renforcer la protection de la jeunesse à Mayotte 

Selon Rivomalala Rakotondravelo, syndicaliste SNUIPP, les barrages érigés mercredi matin pour réclamer "l'égalité réelle" étaient quasiment similaires à ceux de la veille. Ils bloquent la circulation routière au nord, au sud et au centre de l'île. "Plusieurs éléments se superposent", a souligné George Pau-Langevin: "un mouvement social de revendications", et "à côté, les comportements de certains jeunes, à la dérive, qui ne sont pas encadrés et n'ont pas de perspectives". Pour les jeunes, la ministre souhaite notamment "renforcer la prise en charge de la protection de la jeunesse à Mayotte", car "pour l'instant ce sont des services un peu embryonnaires", avec "quelques associations qui fonctionnent mais nettement insuffisantes". 

Une réunion entre les syndicats mahorais et les directeurs de cabinet des ministères concernés

En matière sociale, "sur Mayotte, on a besoin d'inventer des règles pour ces rattrapages" avec la métropole, a-t-elle insisté. Par exemple, "il faut voir comment faire pour que des personnes aient une retraite satisfaisante alors qu'elles n'ont pas cotisé", ou "comment dans l'administration et les collectivités territoriales, on peut répondre aux revendications d'augmentation des salaires, alors que vous avez des collectivités exsangues".Vendredi, les syndicats mahorais rencontreront à Paris les directeurs de cabinet des ministères concernés, pour "un bilan d'étape". Et la semaine prochaine, un émissaire du ministère du Travail se rendra à Mayotte. 

George Pau-Langevin, ministre des Outre-mer, a accordé une interview ce mercredi à William Kromwel : 

 

 

Publicité