Mayotte : négociations bloquées et maintien des barrages [Synthèse]

social
Photo synthese jeudi
©DR
Le collectif des citoyens de Mayotte a quitté la table des négociations organisées avec le préfet de l'île et la délégation ministérielle pour trouver une sortie de crise. Les barrages sont toujours en place et le risque de pénuries se profile, provoquant la colère de certains citoyens. 

Les négociations bloquées

Frédéric Veau, le préfet de Mayotte, et la délégation de la commission ministérielle ont rencontré cet après-midi à Tsingoni le collectif des citoyens et l'intersyndicale pour négocier une sortie de crise. Mais les discussions n'ont pas pu aboutir. Le collectif des citoyens de Mayotte y a mis un terme, considérant que le préfet n'avait pas de mandat de négociations de l'Etat. 

©la1ere

Barrages maintenus et débuts de pénuries

Des barrages sont toujours en place à Mayotte, et notamment au port de Longoni. Conséquence : produits alimentaires et médicaments commencent à manquer. A l'hôpital de Mamoudzou la situation devient "critique" avec une pénurie d'antibiotiques et de grandes difficultés pour transporter les patients et faire circuler les ambulances. 

Le fret aérien est bloqué. Les entrepôts sont pleins et les camions ne peuvent pas venir récupérer les marchandises à cause des barrages routiers. 
©la1ere


Un collectif de citoyens contre les barrages

Un nouveau collectif, nommé Collectif des citoyens en colère, a publié un communiqué réclamant la levée des barrages routiers. Ils estiment que "les barragistes prennent la population en otage". 

 

Une opération de lutte contre l'immigration clandestine ce matin

La gendarmerie a mené des contrôles d'identité ce matin et procédé à près de 70 interpellations de personnes en situation irrégulière.
©la1ere

 

Le sénateur de Mayotte reçu par des conseillers d'Emmanuel Macron

Thani Mohamed Soilihi, sénateur de Mayotte, a rencontré des conseillers d'Emmanuel Macron à l'Elysée cet après-midi, avant d'être reçu à Matignon. Il appelle à la levée des barrages sur l'île.

©la1ere

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live