publicité

Miss France 2019 : une écharpe convoitée par huit candidates des Outre-mer

Le concours Miss France revient, ce samedi 15 décembre, avec son lot de suspense, d’espoir et de déceptions. Une Miss ultramarine peut-elle remporter la couronne ? Sur les 30 prétendantes, huit sont originaires des Outre-mer. Découvrez ici leurs portraits.

Huit jeunes femmes d'Outre-mer participent à l'élection Miss France ce samedi 15 décembre. © Facebook
© Facebook Huit jeunes femmes d'Outre-mer participent à l'élection Miss France ce samedi 15 décembre.
  • Par Angélique Le Bouter
  • Publié le , mis à jour le
  • Miss Tahiti – Vaimalama Chaves
Âgée de 23 ans, Vaimalama Chavez est donnée favorite par plusieurs sondages au titre de miss France, depuis son élection lors du concours Miss Tahiti le 2 juin 2018.
Grands yeux clairs, bleus, gris, voire verts selon la lumière, Vaimalama a toujours vécu à Tahiti, mais elle fait aussi la fierté de l’archipel de Wallis et Futuna, d’où est originaire son grand-père maternel. Un métissage joliment dosé et bien ancré : Vaimalama signifie "eau lumineuse" en wallisien. La jeune femme ne s’est rendue qu’une seule fois à Wallis, en 1998, mais promet d’y retourner "prochainement".
Community manager dans une salle de sport, Vaimalama a fait toute sa scolarité en Polynésie. Elle a obtenu un master en management, une licence de droit économie et gestion avec une spécialité en commerce international, ainsi qu’un BTS de négociation et relation client.
La jeune femme a un profil atypique : elle a vécu son enfance en fort surpoids, au point d'être traitée de "monstre". À 18 ans, elle pesait plus de 80 kilos. Elle en a depuis perdu 20. Pour Vaimalama, les séances de sport sont quotidiennes, surtout de la musculation et du cardio, mais aussi du surf, pour se détendre. Et de douloureuses séances de palper-rouler, un massage destiné à briser les graisses.
 
  • Miss Nouvelle-Calédonie – Amandine Chabrier
Le 7 juillet dernier, Amandine Chabrier était élue Miss Nouvelle-Calédonie. Originaire de Nouméa, elle explique avoir des racines indonésiennes et métropolitaines. Amandine Chabrier aime le sport et a même testé le moto-cross au club de Païta.
Du concours de beauté, la jeune femme de 19 ans a une image positive : "Le concours Miss France a énormément évolué et met en avant non seulement l’aspect physique de la femme, mais surtout son intellect. Il n’est plus question aujourd’hui de 'femme plastique' mais de femme déterminée, intelligente et charismatique", expliquait Amandine Chabrier à Paris Match fin octobre.
Le bac en poche, la jeune femme est animatrice en agence d’événementiel et vendeuse dans un magasin de chaussures, selon TF1. Elle est en attente d’une inscription dans une université australienne pour réaliser son rêve : devenir professeur de français au pays des kangourous.
 
  • Miss Guadeloupe - Ophély Mézino
Âgée de 19 ans, elle est la nouvelle ambassadrice de la Guadeloupe. Née à La Réunion d'un père guadeloupéen et d'une mère réunionnaise, elle ne vit en Guadeloupe que depuis 6 ans mais elle assume pleinement toutes ses origines. C'est donc avec une grande fierté qu'elle se dit prête aujourd'hui à être le visage de la Guadeloupe et, qui sait, de la France...
Également Miss de la commune où elle vit, Morne à L’Eau, Ophély a quatre frères et sœurs. Après deux années de classes préparatoir en biologie, chimie, physique et sciences de la terre au lycée de Baimbridge, elle espère s'orienter vers l'université de Montpellier pour préparer une licence en ingénierie chimie et, un jour, créer sa propre marque de cosmétique.
Ophély Mézino est une enfant CODA (Child of deaf adult). Née de parents malentendants, elle a choisi de défendre cette cause pendant son règne. Pour son élection au concours régional, elle avait choisi de réaliser sa vidéo de présentation en la,ngage des signes : 
 
  • Miss Saint-Martin/Saint Barthélemy – Allison Georges
Originaire de Saint-Martin, Alisson Georges représentera son île et celle de Saint-Barth à la prochaine élection Miss France. Élue le 12 juillet, elle succède à Anaëlle Hyppolite sacrée en 2016, les îles du Nord n’ayant pas participé à l'élection l'an dernier.
Âgée de 18 ans, la jeune femme est titulaire d’un bac ES et se destine à une classe préparatoire. Elle aimerait devenir infirmière-puéricultrice.
 
  • Miss Martinique – Olivia Luscap
Elle rêve de devenir la première Miss Martinique à décrocher le titre ! Élue sur son île natale le 28 septembre dernier, elle succède à Jade Voltigeur qui avait été écarté du concours national à cause d’un tatouage.
Originaire de la commune du Robert, la jeune femme pratique la natation et le basket et a appris à jouer de la guitare. Curieuse, elle rêve de découvrir l’Australie.
Après avoir obtenu un bac S mention assez bien, Olivia Luscap a poursuivi ses études par une classe préparatoire biologie, physique, chimie et sciences de la terre. Elle aimerait devenir ingénieure dans l’agroalimentaire. 
 
  • Miss Guyane – Laureline Decocq
À 18 ans, Laureline Decocq a été élue Miss Guyane 2018 le 13 octobre. Ce succès au concours de beauté qui n'avait rien de prémédité : très sportive, la jeune femme ne mettait pas forcément sa féminité en avant. Basketteuse, elle a appris l’esprit d’équipe tout en se forgeant un moral d’acier.
Parallèlement, passionnée par le  mannequinat, elle défile depuis l'âge de 14 ans. Ce qui lui confère de l'assurance sur les podiums, une allure et un port de tête qui vont lui servir pour l'élection de Miss France où, forcément, la Guyanaise sera confrontée à une rude concurrence.
Étudiante en 2ème année a mis entre parenthèses ses études, le temps de l'aventure Miss France 2019. "Je tiens beaucoup à mes études car des personnes instruites peuvent nous emmener le plus loin possible. Donc il faut avoir un minimum de connaissances, de compétences pour pouvoir imposer nos idées et nos choix...", confiait-elle, il y a quelques jours à Guyane La1ère.
 
  • Miss Réunion – Morgane Soucramanien
À tout juste 18 ans, Morgane Soucramanien a été élue Miss Réunion. "Je suis sur un petit nuage", expliquait-elle au micro de Réunion La 1ère, au lendemain de son élection, le 25 août.
Celle qui devait entamer un DUT Carrières Sociales pour devenir éducatrice spécialisée a mis ses études entre parenthèses pendant un an. La jeune femme s’est engagée dans un combat contre l’endométriose, afin de mettre en lumière cette maladie qui touche les femmes.
Fille unique, Morgane Soucramanien entretient une relation fusionnelle avec sa maman, véritable "pilier" dans sa vie.
 
  • Miss Mayotte – Ousna Attoumani
Née le 12 mai 1998, Ousna Attoumani a reçu son écharpe de Miss Mayotte des mains de Maëva Coucke, Miss France 2018. Dans le portrait que lui a consacré Paris Match, le jeune femme explique vouloir consacrer son règne à se battre pour son île : "La protection de la faune maritime est un sujet qui concerne énormément les insulaires, et je souhaiterais pouvoir en faire mon combat pendant 1 an (…) Le lagon de Mayotte est selon moi l’un des plus beaux endroits au monde. La biodiversité exceptionnelle qu’il abrite en fait un endroit à la fois extraordinaire mais très fragile car menacé par l’action de l’Homme."
Étudiante en 2ème année d’un BTS Tourisme dans l’hexagone, Ousna Attoumani aimerait, un jour, travailler dans l’évènementiel ou développer une agence de voyage à Mayotte.
 
  • BONUS : Miss Nord-Pas-de-Calais - Annabelle Varane
Née à Lille d'un père martiniquais, Annabelle Varane est étudiante en droit et basketteuse. Elle affirme avoir décidé de se présenter au concours régionale "sur un coup de tête !". À 19 ans, la sœur du footballeur champion du monde, Raphaël Varane, représentera le Nord-Pas-de-Calais. 
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play