outre-mer
territoire

Municipales 2020 : portait-robot du maire ultramarin [DATA]

élections
Portrait-robot OM
©ALB
En Outre-mer, le maire sortant n’a pas le même profil que celui de l’Hexagone : c'est un homme plus jeune, toujours en activité et à la tête de communes moins peuplées. Le Répertoire national des élus, qui recensent quasiment l'ensemble des 35 000 maires de France, réserve plusieurs surprises. 
Grâce aux Répertoire national des élus et aux chiffres fournis par l'Association des maires de France, La 1ère peut dresser le portrait-robot du maire des Outre-mer : il s'agit d'un homme, âgé de 59 ans, actif et à la tête d'une commune de 13 111 habitants. Dans le détail, après compilation et analyse des chiffres, les disparités entre les différents territoires sont flagrantes. Nous avons donc également réalisé le portrait-robot du maire de chaque territoire des Outre-mer.

► Dans l'infographie ci-dessous, cliquez sur l'une des épingles bleues pour en savoir plus sur le territoire correspondant. 
 

Des maires plus jeunes en Outre-mer

En Outre-mer, l’âge moyen du maire sortant dépasse à peine 59 ans, contre 63 printemps dans l’Hexagone. Les édiles sont âgés de 30 à 83 ans. Mayotte est le territoire des Outre-mer où les maires sont les plus jeunes (50 ans en moyenne), la Martinique celui où ils sont les plus âgés (65 ans en moyenne).

D’un territoire à l’autre, les écarts sont gigantesques. La Réunion compte le plus grand nombre de maires âgés de 70 ans et plus. Ils sont 10 sur les 24 communes de l’île, donc près de 42%. À l’inverse, la Guyane n’en compte qu’un sur 22 (4,55%) et Saint-Pierre et Miquelon zéro. 137 maires ultramarins ont entre 50 et 69 ans, soit 65%. Sept édiles ont 40 ans ou moins : un en Guyane, deux à La Réunion, un en Nouvelle-Calédonie et trois en Polynésie.

C’est Rodolphe Désiré qui affiche le compteur le plus élevé. Le doyen des maires des Outre-mer a fêté ses 83 ans le 9 février. Il veille sur la commune du Marin en Martinique depuis 1983. Il est aussi le seul et unique maire sortant qui dépasse 80 ans en Outre-mer. En France continentale, le record est détenu par Marcel Berthomé et ses 97 bougies (Saint-Seurin-sur-l'Isle en Gironde).

Aux antipodes, Tevahineheipua Brander, 31 ans, est la benjamine des édiles ultramarins. Elle est à la tête de la commune de Tureia un atoll de l’archipel des Tuamotu en Polynésie française. Elle n’est pas la plus jeune maire de France puisque cette place est occupée par Rémy Dick, 25 ans. Étudiant, il a pris en 2016 les rênes du conseil municipal de Florange en Moselle.
 

Moins de retraités en Outre-mer, moins de cadres aussi

Des maires plus jeunes et donc plus souvent en activité. C’est l’un des grands écarts entre les chiffres nationaux et ultramarins. 22% des édiles sont à la retraite en Outre-mer contre près de 40% sur le plan national.

La moyenne d’âge étant la plus élevée en Martinique, c’est aussi là qu’on retrouve la plus grande proportion de retraités (65%). A l’inverse, la Guadeloupe ne compte que 25% de maires à la retraite. En Guyane et à Saint-Pierre et Miquelon, aucun édile ne s’est déclaré retraité (0%).

Sur les 212 maires que comptes les Outre-mer, 52 travaillent ou ont travaillé dans la fonction publique, c’est-à-dire 25%. Seuls 6% sont agriculteurs contre 14% au national. 16 ont dit être cadre ou cadre supérieur, soit 7,5%, une proportion nettement inférieure à l’Hexagone (12%).
 

Meilleurs et pires scores de la parité

Si, au premier coup d’œil, la proportion de femmes est sensiblement la même en Outre-mer (16%) qu’au niveau national (17%), les chiffres recèlent quelque surprises. Sur l’ensemble du territoire national, deux collectivités sont de mauvais élèves en termes de parité : La Réunion (4%) et la Martinique (6%) affichent la proportion de femmes maires la plus faible, juste derrière le nord-est de la France métropolitaine (9% en Moselle et dans le Haut-Rhin).

Sur 24 communes, La Réunion ne compte qu'une seule femme maire : Vanessa Miranville à La Possession. La Martinique à peine plus avec deux femmes sur les 34 communes que compte le territoire : Marie-Urbain-Thérèse Casimirius à Basse-Pointe et Jenny Dulys-Petit au Morne-Rouge.

Autre surprise à l’autre bout l'autre bout de l'échelle : la Guadeloupe et ses huit femmes maires (25%) se place juste derrière le Val-de-Marne (28%) sur le podium des territoires les plus paritaires. Mais le grand gagnant de la féminisation est sans conteste Saint-Pierre et Miquelon. Certes, le territoire de l’Atlantique Nord ne compte que deux communes au total, mais elles sont toutes les deux régies par des femmes : Karine Claireaux à Saint-Pierre et Danièle Gaspard – qui a succédé à Jean de Lizarragua en novembre 2017 – à Miquelon-Langlade.
 

32% des maires rendus invisibles par la circulaire Castaner

La population est très variable d'une commune à l'autre. Ainsi, Saint-Denis de La Réunion est la commune la plus peuplée avec 149 313 habitants et Saül en Guyane la moins peuplée avec 160 habitants, selon l'Association des Maires de France. Au total, 24 communes des Outre-mer comptent moins de 1 000 habitants (11%). C'est la Polynésie qui compte la plus grande proportion de ces municipalités (31%) juste derrière Saint-Pierre et Miquelon (50%). Compte-tenu de leur taille, ces communes ne compteront que sept conseillers municipaux. Ce nombre peut grimper jusqu'à 69 pour les communes de plus de 300 000 habitants. Il n'en existe pas en Outre-mer.

Par ailleurs, 128 communes comptent moins de 9 000 habitants, c'est plus de 60% des municipalités. Ce sont elles qui étaient concernées par la récente ciculaire dite "Castaner". Selon ce texte signé le 10 décembre 2019, puis suspendu le 31 janvier, les préfectures n’attribuaient plus de nuance politique aux listes qui se présentaient dans les communes de moins de 9 000 habitants. Ainsi, quelque soit leur étiquette, la large majorité de maires élus en Outre-mer n'aurait donc pas influencer la couleur politique des résultats sur le plan national. 81% des édiles de Nouvelle-Calédonie étaient concernés, 73% en Polynésie, 62% en Martinique... Après le rejet de la circulaire par le Conseil d’État, le ministre de l’intérieur a remanié le document. Le seuil limite est désormais fixé à 3 500 habitants. 67 communes d’Outre-mer sont désormais concernées, ce qui représente 32% des maires.

 
Méthodologie
La base de donnée du ministère de l’Intérieur recense la plus part des maires de France : commune, date de naissance, profession (34 931). 

L'âge des maires est qualiculé au 31 mars 2020. La date de naissance manque pour trois des 212 édiles : Eric Rozé et Véronique Jacaria en Guyane, ainsi que Putai Taae en Polynésie. 

Les professions sont celles renseignées au moment de l'élection en 2014. Toutes sont indiquées comme "obsolètes" sur le fichier actualisé en janvier 2020. Cependant, elles donnent des indications préciseuses sur le profil socio-professionnel des édiles, il y a 6 ans.