Le musée de Tahiti et des îles repensé par le "Mozart" de la scénographie

culture
Heremoana Maamaatuaiahutapu,le ministre de la Culture de la Polynésie, Adrien Gardère et Miriama Bono, directrice du musée de Tahiti et des îles
Heremoana Maamaatuaiahutapu,le ministre de la Culture de la Polynésie, Adrien Gardère et Miriama Bono, directrice du musée de Tahiti et des îles ©Présidence de la PF
On lui doit la Galerie du temps du Louvre-Lens, le réaménagement du musée de Cluny à Paris, Adrien Gardère est une star dans le monde de la muséographie. C’est son studio qui a remporté le concours pour rénover le musée de Tahiti et des îles. Outre-mer la 1ère l’a rencontré.

 
On dit de lui que "c’est le plus grand designer de musée vivant". Adrien Gardère est demandé partout dans le monde, de Londres, Dubaï à Tokyo en passant par Cayenne et La Saline (La Réunion). Ses choix sont éclectiques mais sa vision prône l’ouverture.
 

Le village d'Adrien Gardère

Fils de diplomate, Adrien Gardère donne l’impression que le monde est devenu un village pour lui. Mais le designer se garde bien de prôner l’uniformisation. Au contraire. Dans son studio-laboratoire à Paris, chaque projet semble soigneusement pensé en fonction du territoire qui l’abrite.
Musée de Cluny
Musée de Cluny ©Studio Adrien Gardère

Des années 70 au 21e siècle

C’est ainsi que le musée de Tahiti et des îles devrait se retrouver métamorphosé en 2021. Le studio Gardère en équipe avec l'architecte Pierre-Jean Picart a remporté en 2016 le concours de maîtrise d'oeuvre de la rénovation de ce musée qui n’avait pas changé d’un poil depuis sa construction en 1975. Il restait même dans la salle d'exposition permanente une carte de l’URSS ! Regardez ci-dessous le reportage d'Outre-mer la 1ère : 
©la1ere

Voyage à travers les archipels

Le musée situé à Punaauia va faire peau neuve. La salle d’exposition permanente imaginée par Adrien Gardère se veut le reflet "des grandes aires géographiques et culturelles de la Polynésie". La scénographie va se déployer à travers les cinq archipels (Iles de la Société, Tuamotu, Australes, Gambier, Marquises). A chaque étape, "des séquences thématiques" permettront de découvrir ces zones géographiques. La salle d'exposition permanente salle mesurant 55 mètres de long sur 22 mètres de large sera ouverte sur le jardin extérieur "soulignant l'importance de la relation à la nature"
Projet du musée de Tahiti et des îles
Projet du musée de Tahiti et des îles ©Studio Adrien Gardère

La Galerie du temps

La mise en scène du musée de Tahiti et des îles rappelle la Galerie du temps que le studio Adrien Gardère a imaginé pour le Louvre à Lens. Cette salle d'une beauté époustouflante qui invite à un voyage dans le temps a révolutionné la manière de penser les musées et permis au designer de se faire connaître du grand public en France. 
Galerie du temps au Louvre Lens
Galerie du temps au Louvre Lens ©Studio Adrien Gardère

Invitation au voyage

Le musée de Tahiti et des îles devrait donc proposer une invitation au voyage mais vue sous l’angle des Polynésiens eux-mêmes. "Chaque archipel est envisagé en fonction de ses liens réciproques, de ses particularités culturelles comme les influences des contacts avec les sociétés occidentales", explique Adrien Gardère. La salle d'exposition imaginée par le scénographe "invite à une navigation loin de la rationalité chère à l’Occident et si propice à dresser des hiérarchies", insiste-t-il. Le musée de Tahiti et des îles, nouvelle version, devrait ré-ouvrir ses portes en 2021. 
Musée de Tahiti et des îles
Musée de Tahiti et des îles ©Studio Adrien Gardère
 

Maro ura

Pour l’ouverture, le musée devrait accueillir une pièce extrêmement importante de l’histoire de la Polynésie. Il s’agit d’un fragment d'un maro ura que le musée du quai Branly a redécouvert récemment.
Le 23 septembre 2019, Edouard Fritch a signé à Paris une convention pour le dépôt de ce fragment de ceinture de plumes rouges que seuls les grands chefs polynésiens pouvaient porter.