NBA : Rudy Gobert, de retour sur les terrains 141 jours après l'annonce de son test positif au coronavirus

basket-ball
Rudy Gobert
Rudy Gobert ©Christian Petersen / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Le 11 mars, l'annonce du test positif au coronavirus du basketteur guadeloupéen Rudy Gobert entraînait la suspension de la saison NBA. Comme un symbole, 141 jours après, c'est le pivot français qui va la redémarrer jeudi avec Utah contre New Orleans, à Disney World.
Au moment de s'élever vers le ballon lors de l'entre-deux, Gobert ne pensera sûrement qu'au match et à bien entamer cette reprise du championnat dans le huis clos floridien, où les play-offs sont déjà promis au Jazz qui se verrait bien jouer les trouble-fête pour la quête du titre. Mais le Guadeloupéen ne pourra jamais oublier les quatre mois et demi de tourmente passés dans l'attente pour enfin pouvoir tourner la page.
 
Trouble-fête, c'est aussi ce que certains lui ont reproché d'être quand Adam Silver, le patron de la Ligue, a décidé d'interrompre la saison en apprenant que Gobert venait de contracter le Covid-19. Un coup de tonnerre auquel restera associé le Français, héritant du statut peu envié de patient 0 voire de bouc-émissaire.

Cela aurait dû suffire pour qu'il vive mal cet épisode, d'autant que le joueur n'a pas été asymptomatique. Courbatures, fièvre, perte du goût, de l'odorat... Il avait de quoi être inquiet pour sa santé.

Mais il y a eu en plus cette vidéo, elle aussi virale, où on le voit, blagueur, toucher de ses mains micros, téléphones, enregistreurs posés sur une table d'une salle de presse où il venait justement d'être interrogé sur le Covid-19.
  

Du strass au stress

La séquence a généré les commentaires les plus acides à son endroit sur les réseaux sociaux, mais aussi dans le vestiaire du Jazz où Donovan Mitchell, l'autre star de l'équipe, également infecté, lui a reproché son imprudence. Tant est si bien que certains médias les disaient irréconciliables.

Comment Gobert, passé en un mois des honneurs et du strass d'un premier All-Star Game, au déshonneur et au stress du Covid-19, a-t-il vécu cette période? "Il est évident que lorsque le monde entier vous juge, vous menace ou vous envoie beaucoup d'énergie négative et d'autres choses de ce genre, ce n'est pas facile", a récemment reconnu le joueur de 28 ans.

Mais, en même temps, les gens vous jugent simplement sur la perception qu'ils ont et cette perception dépend parfois d'une image, d'une vidéo ou d'une interview, d'une action. Ils ne vous connaissent pas. Or les gens autour de moi me connaissent vraiment, ils savent qui je suis et c'est ce qui compte.

Rudy Gobert

 
Après avoir fait son mea culpa pour la légèreté dont il a fait preuve avec le virus, Gobert a dû recoller les morceaux avec Donovan Mitchell. Cela a pris du temps, mais le réchauffement de leurs relations a sauté aux yeux des médias samedi, juste après la victoire contre Miami (101-99) en match amical, au cours duquel le meneur lui a offert trois alley-hoops.
 

"Un beau comeback"

Il y a d'abord eu ces mots, "Pas une, pas deux, trois fois !!" prononcés avec conviction par Mitchell, plaidant pour que Gobert soit désigné meilleur défenseur de la saison pour la troisième année consécutive. Puis ce commentaire amusé envoyé au Français pendant une interview sur Zoom: "Tu n'as pas besoin d'avoir l'air si sérieux !".

Aussitôt interrogé, l'intérieur a ainsi résumé les choses: "Les gens n'avaient pas grand-chose à raconter pendant quatre mois, c'était donc le sujet du moment. Je pense qu'il est maintenant temps de le laisser derrière".

Comme un symbole, peut-être voulu par la NBA, c'est Gobert qui rouvrira donc la saison. Evan Fournier, son ami de l'équipe de France, s'attend à ce qu'il soit "pointé du doigt au début, même si ça se calmera après", estimant "qu'ils n'ont pas été tendres avec lui.

L'intéressé, lui, s'est fait une raison: "au bout du compte, je ne pourrai pas contrôler la perception que tout le monde a de moi, mais je peux contrôler mes actions, ce que je fais pour les gens autour de moi, pour mes coéquipiers". 

Il s'est passé beaucoup de choses et cela a été un sacré parcours. Je suis prêt à aller sur le terrain pour essayer de gagner le titre NBA. Après tout ce que nous avons vécu, en tant qu'équipe et êtres humains, ce serait un beau comeback.

Rudy Gobert

Les Outre-mer en continu
Accéder au live