outre-mer
territoire

Nickel calédonien, manganèse gabonais, lithium argentin : Eramet prend le cap de la transition énergétique

nickel province sud
Engins sur mine SLN Eramet
Transport du minerai de nickel dans l'usine de nickel SLN de Doniambo en Nouvelle-Calédonie ©Alain Jeannin
Le groupe métallurgique et minier Eramet a enregistré des ventes en hausse de 0,3% au premier trimestre à 873 millions d'euros. Le manganèse porte ces bons résultats et le nickel devrait améliorer les siens, la bataille pour la SLN calédonienne est bien engagée...
 
Eramet enregistre un chiffre d'affaires du premier trimestre stable malgré les tensions commerciales persistantes qui pénalisent le marché des matières premières et celui des aciers. La multinationale française est portée par des niveaux de production record de minerai de manganèse gabonais mais aussi de nickel calédonien souligne l’AFP. Le groupe revendique ce résultat - pour cette période de l’année - grâce aux nouvelles organisations mises en place, ainsi qu’une avancée significative du plan de sauvetage de la Société Le Nickel [SLN] en Nouvelle-Calédonie, plus ancien producteur mondial de nickel.


Objectif 2019

A périmètre et changes constants, le chiffre d'affaires est toutefois en recul organique de 5%, a précisé le groupe jeudi dans un communiqué. Eramet a confirmé ses objectifs de production pour 2019, et sa prévision d'un excédent brut d'exploitation (Ebitda) "proche de celui de 2018", à conditions de marché constantes. "Malgré un environnement légèrement dégradé, nous maintenons le cap et confirmons nos objectifs pour l'année", a commenté la PDG d'Eramet, Christel Bories, citée dans le communiqué.


Manganèse et nickel

Les ventes du premier trimestre ont bénéficié des hausses de production tant dans le manganèse au Gabon que dans le nickel en Nouvelle-Calédonie. Le chiffre d'affaires a aussi été tiré par la performance de l'activité de sables minéralisés au Sénégal qui bénéficie d'un environnement de marché favorable. Malgré tout, le chiffre d'affaires de 873 millions d'euros est inférieur au consensus établi par l'agence financière Bloomberg.


Le manganèse est solide

La production de minerai de manganèse a atteint 1 million de tonnes (Mt), un niveau record pour un premier trimestre. Les ventes de cette division sont en hausse de 7% à 434 millions d'euros. Eramet note que la demande mondiale d'acier au carbone, principal débouché du manganèse, est restée à un "niveau élevé" soutenue par la demande de la Chine.


Le nickel avance

Dans la division nickel, le chiffre d'affaires est en repli de 7% à 164 millions d'euros, en raison notamment du recul des ventes de la SLN en Nouvelle-Calédonie.Mais Eramet estime que le plan de sauvetage de la SLN est conforté par l'autorisation, délivrée il y a dix jours par le gouvernement calédonien, d'exporter 4 millions de tonnes de minerai de nickel par an.

"C'est une étape importante dans le déploiement du plan qui vise à rendre la SLN durablement compétitive..."

Christel Bories PDG du groupe Eramet


La société a aussi enregistré en Nouvelle-Calédonie un accord sur le temps de travail sur mine. Les prévisions de production mondiale d'acier inoxydable, débouché majeur pour le nickel, restent "bien orientées", mais cette progression ne suffit pas à satisfaire la demande, relève le groupe minier. La SLN est le premier producteur mondial de ferronickel, un alliage haut de gamme produit dans l’usine de Nouméa. A ces côtés, la hausse des exportations de minerai pauvre est une nécessité qui devrait assurer la rentabilité de l'ensemble minier et métallurgique calédonien. Dans ce contexte, Eramet continue à viser cette année des exportations de 1,5 Mt de nickel.
 

Transition énergétique

Le groupe Eramet précise enfin que, concernant ses deux projets majeurs d'investissements (extension de la mine de manganèse de Moanda au Gabon, et développement du lithium en Argentine), "les travaux préparatoires se poursuivent" et que les études sont "en cours de finalisation". Le lithium est l'un des métaux de la transition énergétique indispensable pour la fabrication des batteries des véhicules électriques. Un objectif stratégique pour la France et l'Europe.

 
Publicité