Nickel : le sauvetage de la SLN, est-il inéluctable ? Oui selon Oddo-Bhf

nickel
SLN
Métallurgiste calédonien dans l'usine SLN (Eramet) de Doniambo ©Alain Jeannin

Le bureau d'études franco-allemand réintègre positivement la contribution de l’usine norvégienne d’Eramet. Les regards se tournent vers la cession d'Aubert & Duval pour assainir la situation financière du groupe. Le sauvetage de la SLN en Nouvelle-Calédonie lui apparaît "inéluctable".

La situation financière et opérationnelle d'Eramet demeure compliquée, mais Oddo-Bhf anticipe dès 2021 la mise en place de catalyseurs. La forte remontée du cours du nickel et du manganèse est désormais tangible, déclare l'analyste.

Reprise économique

Oddo-Bhf estime que l’activité des sables minéralisés, à la fois au Sénégal et en Norvège (Tizir) devrait bénéficier de la reprise économique et des plans de relance gouvernementaux en réponse à la pandémie. "Nous avons également révisé à la hausse nos prévisions pour le nickel (SLN ndlr) en intégrant un coût de production plus bas au dernier trimestre 2020." Preuve que le plan de sauvetage de la SLN fonctionne, quand l’usine peut produire normalement.

Auber&Duval, une entreprise stratégique

Le management d’Eramet a indiqué que toutes les options sont envisagées dans le cadre de la revue stratégique d’Aubert & Duval (A&D). Oddo-Bhf privilégie une reprise par Airbus, Safran et le fonds Ace Aéro Partenaires (géré par ACE Management) compte tenu de l’importance stratégique d’A&D qui produit des alliages et des aciers spéciaux notamment pour l’aéronautique et le secteur de la Défense.

Les réservoirs de propergol des fusées Ariane, les chaudières nucléaires des sous-marins atomiques lanceurs d’engins (SNLE), les turboréacteurs de l’A320 ou encore ceux du futur avion de combat européen (SCAF) sont tous équipés de pièces usinées par Aubert & Duval (A&D), l’un des leaders mondiaux des alliages complexes. Un fleuron français que doit céder le groupe Eramet. Plusieurs milliers d'emplois sont concernés.

La cession d’A&D est une opération qui est désormais cruciale pour assainir la situation financière du groupe Eramet.

Sauvetage inéluctable de la SLN ?

La situation financière et opérationnelle d’Eramet demeure compliquée, mais Oddo Bhf évoque notamment, le "sauvetage inéluctable de la SLN", sans plus de précisions, en indiquant que la remontée du cours du nickel et du manganèse est désormais tangible. Ces prévisions de l'analyste franco-allemand sont réalisées aprés des études et des contacts avec les principaux acteurs concernés. 

Situation

La situation de la SLN est suivie comme "le lait sur le feu" par la direction du groupe français de la transition énergétique. Si Eramet n’est pas en mesure financièrement d'assurer un nouveau prêt à sa filiale calédonienne, détenue à 34 % par la Nouvelle-Calédonie, en revanche Outre-mer 1ere a appris que l'éventualité d’un nouveau prêt de l’Etat n’est pas exclue par Bercy. La motivation du gouvernement français serait cependant liée à un retour de la situation à la normale, c'est à dire à la fin des blocages des mines de la SLN. Au total, prés de 10.000 emplois calédoniens, directs et indirects sont concernés.

Le nickel reprend sa hausse à Londres, la tonne de métal vaut 18.300 dollars + 1 %.

En progression de 10 % depuis le 1er janvier.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live