outre-mer
territoire

Nouvelle-Calédonie : Emmanuel Macron se rendra-t-il à Ouvéa le 5 mai?

politique ouvéa
Du 3 au 5 mai, le chef de l'Etat sera en Nouvelle-Calédonie. Un rendez-vous politique important avant le référendum du 4 novembre 2018. Emmanuel Macron souhaite commémorer le 5 mai sur place le 30ème anniversaire de l'assaut sanglant de la grotte d'Ouvéa. Mais à Ouvéa, sa venue est controversée. 
La date de la venue d'Emmanuel Macron en Nouvelle-Calédonie est arrêtée : ce sera du 3 au 5 mai 2018, à quelques mois du référendum du 4 novembre 2018 qui doit décider de l'avenir institutionnel de Caillou. Le souhait de l'Elysée est qu'Emmanuel Macron soit présent le 5 mai 1988 sur l'île d'Ouvéa pour commémorer le 30ème anniversaire de l'assaut donné sur la grotte d'Ouvéa qui avait entraîné la mort de 19 preneurs d'otage Kanak et de deux militaires.


Une visite controversée

Mais à Ouvéa, la perspective de cette visite présidentielle le 5 mai, jour du 30ème anniversaire de cet assaut tragique, passe mal et divise la population. Le "Collectif de Gossanah" écrit dans un communiqué : "Non, Macron, le 5 mai 2018 sur la tombe des 19 martyrs, tu es indésirable ici chez nous à IAAI kanaky". (NDLR : IAAI est le nom Kanak de l'île d'Ouvéa).

A Gossanah, des banderoles sont installées pour dénoncer la visite du chef de l'Etat le 5 mai, comme le signale un habitant de l'île, Lebakic Wea , via son compte Facebook :


Des discussions infructueuses

Ce même compte Facebook signale qu'un représentant de l'Etat était présent il y a quelques heures encore à Gossanah, mais que les discussions engagées n'ont pas fait évoluer les positions :
 

Le symbole du 5 mai

Cette date du 5 mai est hautement symbolique : le 5 mai 1988, il y a donc 30 ans, se déroulait le tragique épilogue de l'affaire de la prise d'otages de la grotte d'Ouvéa. Un assaut militaire a entraîné la mort de 19 Kanak et 2 militaires. Pour comprendre toute l'affaire d'Ouvéa, voici un résumé en images de ces événements tragiques :

 

Publicité