publicité

Nouvelle-Calédonie : la préparation du référendum tourne au clash

La préparation du référendum sur l'indépendance en Nouvelle-Calédonie prévu en novembre a viré à l'aigre ce mercredi après la décision de deux partis de droite de claquer la porte d'un groupe de travail sur l'avenir institutionnel de l'archipel.

© DR
© DR
  • La1ere.fr (avec AFP)
  • Publié le , mis à jour le
Ce groupe, baptisé "G10", avait été souhaité par le Premier ministre Edouard Philippe lors de sa visite sur le Caillou en décembre dernier. Placé sous l'autorité de l'Etat, il réunit un groupe restreint de dirigeants non indépendantistes et indépendantistes "pour dessiner le chemin du vivre-ensemble pendant et après la consultation", qui aura lieu d'ici fin novembre 2018.

Dimanche, ses membres se sont réunis pour la quatrième fois afin de préparer "la proposition de délibération fixant la date de la consultation dans la perspective de son prochain examen en séance publique du Congrès". La date envisagée dans ce texte est le 4 novembre 2018.

"Auto-flagellation"

Mais la publication par le député Philippe Gomès (Calédonie Ensemble, les Constructifs) du projet de délibération du Congrès et de l'exposé de ses motifs sur sa page Facebook a suscité l'ire du Rassemblement-LR et des Républicains Calédoniens. "Il est incompréhensible que M. Gomès ait rendu publique cette délibération (...). Dans ces conditions, Thierry Santa, membre de la direction du Rassemblement-LR (et président du Congrès, ndlr), se retire du G10", a indiqué ce parti dans un communiqué.

Il s'insurge en outre contre "l'auto-flagellation" de l'exposé des motifs, qui note que "la colonisation portait en elle la négation du peuple kanak". "Nous désapprouvons cette vision négative et passéiste, extrait de la partie la plus sombre de l'accord de Nouméa (1998)", indique également le Rassemblement-LR.

"On verra avec notre colonisateur, l'Etat"

Sonia Backès, chef du groupe les Républicains Calédoniens au Congrès, qui incarne la frange la plus à droite des loyalistes, a dénoncé un texte dont "la repentance coloniale est beaucoup trop forte à notre goût", et elle s'est également retirée du G10. Calédonie Ensemble (CE) a rétorqué que "chaque mot, chaque phrase, chaque thème" de l'exposé des motifs avait été "âprement discuté" dimanche, et que le texte était le résultat d'un "compromis".

Secrétaire général de CE, Philippe Michel a indiqué mercredi devant la presse que "M. Santa et Mme Backès avaient été désavoués par leur formation politique et que pour habiller cette récusation, ils ont pris pour prétexte que le texte avait été rendu public". Il a en outre accusé ces deux partis "de choisir la politique du pire" et d'être "irresponsables".

Victor Tutugoro, membre indépendantiste du "G10", a déclaré à l'AFP "ne pas être surpris de ce retrait", selon lui "dommageable". "On va continuer avec ceux qui veulent discuter. On verra avec notre colonisateur, l'Etat, comment on peut sortir définitivement de la colonisation", a-t-il indiqué.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play