Législatives : les candidatures ouvertes jusqu’au 20 mai

élections
©nouvellecaledonie
Qui compte se présenter aux élections législatives dans l’une et l’autre circonscriptions de Nouvelle-Calédonie ? A environ six semaines du premier tour, on fait le point sur les éventuels candidats à la succession des députés Gomès et Dunoyer.

Cinq à six par circonscription. Le nombre de candidats calédoniens pour les législatives était, au 2 mai, historiquement bas. Les choses se sont quelque peu décantées ce week-end, à l’occasion de quelques comités directeurs. Comme avec l’Union calédonienne, qui a officialisé la participation du mouvement indépendantiste à ces législatives.

Participation des indépendantistes

Question : est-ce une candidature UC ou une candidature unitaire ? Le congrès du FLNKS et le congrès populaire apporteront des éléments de réponse. Palika mais aussi MNIS présenteront leurs candidats. Gérard Reignier, Nadine Pidjot, Jean-Pierre Djaïwé ou Muneïko Haocas sont des noms qui reviennent.

Quels loyalistes investis ?

Côté loyalistes, on partira divisés. Le Rassemblement-LR est déjà en campagne, avec Virginie Ruffenach dans la première et Thierry Santa dans la seconde. La toute nouvelle union loyaliste fera cause commune, en bénéficiant de l’investiture La République en marche. Le député sortant Philippe Dunoyer (Calédonie ensemble) fera la paire avec Nicolas Metzdorf. Sous réserve que le leader de Générations NC, et maire de La Foa, officialise sa décision.

Mais aussi...

Autre ticket pour les législatives, Construire autrement, le mouvement présidé par Joël Kasarhérou. Les noms des candidats doivent être connus à la mi-mai. Invitée surprise, la candidature indépendante de Vaéa Frogier-Morault dans la seconde circonscription. Et puis Jérémy Simon, qui s’est fait connaître lors de la crise Covid et des mobilisations antivax, se lance seul dans la course à l’Assemblée nationale. Dépôt des candidatures du 16 au 20 mai. Premier tour, le 12 juin.