publicité

Outre-mer: la conjoncture économique 2017 a évolué favorablement malgré ouragans et mouvements sociaux

La conjoncture a évolué favorablement dans les Outre-mer en 2017, malgré les "événements climatiques ou sociaux", a souligné jeudi l'Institut d'émission d'Outre-mer  pour les collectivités du Pacifique et l'Institut d'émission des départements d'outre-mer. 

Conférence de presse IEDOM © IEOM
© IEOM Conférence de presse IEDOM
  • Par Pierre Lacombe
  • Publié le
L'indicateur du climat des affaires (obtenu auprès de plus de 1.000 chefs d'entreprises) "se situe à un niveau élevé dans l'Océan Indien", et notamment à La Réunion, où il est "à un niveau inégalé depuis 10 ans", a expliqué Mme Poussin-Delmas, présidente des deux instituts. A Mayotte, l'indicateur semblait "avoir bien regagné en confiance" après la crise de l'eau de mars 2017, "malgré un léger infléchissement en fin d'année".

L'indicateur est "revenu autour de sa moyenne de longue période" aux Antilles et en Guyane, "en dépit des événements qui ont marqué l'année", comme les ouragans Irma et Maria qui ont frappé Saint-Martin, Saint-Barth et la Guadeloupe, ou le mouvement social qui a paralysé la Guyane pendant 5 semaines en mars-avril. Dans ce territoire, l'indicateur est reparti, mais "le climat social reste tendu, avec une forte attente de la mise en oeuvre du plan d'urgence", a souligné Mme Poussin-Delmas.

L'indicateur "affiche un niveau élevé en Polynésie" avec "une amélioration continue depuis 3 ans". En Nouvelle-Calédonie, qui "continue de traverser une conjoncture maussade", l'indicateur s'est redressé en fin d'année avec "la remontée des cours du nickel et la maîtrise de coûts de production". Dans tous les territoires, "la consommation des ménages progresse tandis que l'investissement est plutôt bien orienté", ont-ils noté.

Un taux de chômage élevé 

En matière d'emploi, en dehors de Saint-Pierre-et-Miquelon qui connaît une situation de plein emploi, les Outre-mer "continuent de se caractériser par un taux de chômage élevé", qui oscille entre 14% en Nouvelle-Calédonie, 18% à la Martinique, 22% à La Réunion et 23% en Guadeloupe, et 25,9% à Mayotte. Mais "cette situation doit être mise en regard d'un dynamisme démographique sans commune mesure avec la métropole", souligne Mme Poussin-Delmas. Les deux instituts notent aussi qu'en 2017, les territoires ultramarins "ont enregistré des records de fréquentations touristiques, qu'il s'agisse du tourisme de séjour ou de la croisière". "On atteint des niveaux qui n'étaient plus connus depuis les années 90", a souligné Philippe La Cognata, directeur des deux Instituts.

Si les perspectives 2018 sont favorables à La Réunion et en Polynésie française, elles semblent bien orientées aux Antilles et en Guyane, mais restent plus incertaines à Mayotte (dans l'attente des mesures de sortie de crise) et en Nouvelle-Calédonie (dans l'attente du référendum en novembre).

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play