Podcast "Mon prénom" saison 2 : Génor, Caroline, Teura, Amaël, Celia et Chantal

patrimoine
"Mon prénom" saison 2"Mon prénom" saison 2
"Mon prénom" saison 2 ©DR
Cette semaine, dernière salve pour cette saison 2 du podcast "Mon prénom" ! L'occasion de découvrir de nouvelles histoires à travers les prénoms venus des Outre-mer. Prénoms qui disent la vie intime, individuelle, familiale et l’histoire de ces terres d’Outre-mer et qui prennent un relief particulièrement d'actualité en ces temps électoraux...

Le prénom s’invite dans la campagne des élections présidentielles. Un des candidats a avancé l’idée que dorénavant ne soient donnés aux enfants nés sur le sol français que des prénoms à consonance française. Consonance française ?… Que dire et que faire alors d’un bon nombre de prénoms en provenance de nos Outre-mer ?

Déjà difficiles à faire accepter et à faire prononcer par les Métropolitains, faut-il renoncer à ces prénoms qui fleurissent dans le répertoire des Outre-mer ? Qui font aussi la diversité et la richesse de la France ? Qui participent à forger son identité ?

"Mon prénom" saison 2
"Mon prénom" saison 2 ©DR

À Mayotte, terre principalement de confession musulmane, faudrait-il empêcher les parents de donner des prénoms arabes à leurs enfants ? Du côté du Pacifique, faudrait-il supprimer les Mihimana, les Pesamino, les Atoloto ou les Tematai qui ont parfois déjà du mal à exister dans l’ensemble français…

Du côté des Antilles ou de la Guyane, c’est vrai, parfois, on trouve son prénom trop "français"… Non pas par rejet du pays, en tout cas pas systématiquement mais plutôt parce qu’il rappelle, pour certains, l’esclavage et la colonisation quand des prénoms chrétiens étaient alors attribués de force. Des ressortissants des Antilles lorgnent du coup vers des constructions de prénoms à consonances plus caribéennes voire amérindiennes.

"Mon prénom" saison 2
"Mon prénom" saison 2 ©DR

Alors ? Rayer d’un trait des traditions et des coutumes des Outre-mer ? Ne plus rendre hommage aux ancêtres en donnant leurs prénoms comme en Nouvelle-Calédonie ou à Wallis et Futuna, sous prétexte qu’à l’oreille, ils ne "sonnent" pas français ?

Faites-vous votre idée en écoutant les histoires des prénoms des originaires des Outre-mer avec la série de podcasts Mon prénom (deux saisons de 35 et 36 épisodes à écouter ICI). Une façon d’apprendre aussi un bout d’histoire de France…

Et cette semaine, suite et fin de la saison 2, en découvrant les histoires de : Teura, Amaël, Caroline, Celia, Chantal et Génor ! : 

Du côté de la Martinique, Génor a hérité du même prénom que son père. Mais sur ses papiers, c'est un autre prénom - féminin - qui figure en premier !...

Un premier enfant avant elle aurait du s'appeler Caroline mais cette dernière s'accommode de cet "héritage" particulier. Particulière aussi, la façon dont elle a trouvé le prénom de son premier garçon...

Le prénom polynésien de Teura est lié au pourpre qui est une couleur "royale" ! Et Teura aime tellement son prénom qu'elle l'a donné à... sa fille !

Amaël n'a pas toujours été heureux d'avoir un prénom plutôt original. Amateur de chats - et surnommé lui-même "le matou"-, pour les baptiser, il emprunte leurs noms aux divinités égyptiennes !

Attention, elle y tient : le prénom de Celia s'écrit sans accent aigu en hommage à la chanteuse cubaine Celia Cruz. Celia entretient un rapport très particulier à la Martinique dont elle est en partie originaire.

D'origine guadeloupéenne, Chantal (Loïal) a fait danser son prénom un peu partout et a fait de tout son corps un puissant moyen d'expression. Mais Chantal aurait bien aimé avoir un prénom plus proche de ses racines africaines.