outre-mer
territoire

Municipales en Polynésie : la Cour rejette le pourvoi en cassation de Gaston Flosse

justice
Gaston Flosse
Gaston Flosse le 25 janvier 2018 à Papeete avec son avocat, François Quinquis ©Gregory BOISSY / AFP
Le motif : son logement ne peut pas être considéré comme un local d’habitation et il n'y réside pas depuis au moins 6 mois. Gaston Flosse retourne en première instance. 
 
La deuxième chambre civile de la Cour de cassation a rendu sa décision jeudi 20 février. Elle n’est pas favorable à l’ancien président de la Polynésie française, Gaston Flosse, 88 ans.
 

Fin de course ? 

La décision est sans appel ! Le pourvoi de Gaston Flosse en cassation est rejeté. La Cour considère que les "conditions d'habitation d'au moins six mois" n'étaient pas remplies à la "date de dépôt de la demande d'inscription sur les listes électorales communales". Le tribunal estime donc qu'il ne peut justifier habiter cette commune en respectant la durée légale. 
Le maire de Papeete avait notifié le 9 décembe 2019 à M. Flosse son refus de l'inscrire sur les listes électorales de cette commune.  

Des nombreuses condamnations

L’ancien président de la Polynésie française s’était vu refuser à deux reprises son inscription sur les listes électorales au motif qu’il ne serait pas résident de Papeete. Ce dernier assure au contraire, vivre dans son studio de 15m2 avec sa compagne.
"Le vieux lion", comme certains l’appellent, a une longue carrière politique, marquée par plusieurs déboires judiciaires. En 2009, il est condamné une première fois à trois ans d’inéligibilité pour une affaire d’emplois fictifs. En 2016, il est de nouveau condamné à deux ans d’inéligibilité pour détournement de fonds publics, dans une histoire d’écoutes et de filatures d’opposants présumés. Enfin il est condamné à cinq ans d’inéligibilité par le tribunal de Papeete jusqu’en juillet 2019.
 

Une perte d’influence politique

Chiraquien historique, Gaston Flosse est élu pour la première fois député à l’Assemblée nationale en 1978. Ancien sénateur de 1998 à 2014, il est déchu de ses mandats en septembre de la même année. En Polynésie, il fait élire président son gendre Edouard Fritch. Aux élections présidentielles de mai 2017, Gaston Flosse soutient Marine Le Pen ce qui lui fait perdre un grand nombre de ses électeurs. Son gendre crée un mouvement dissident et le parti de Gaston Flosse perd progressivement de son influence.
 

Réaction de Maître Bruno Potier de la Varde avocat à la Cour de cassation interviewé au micro de Clément Buzalka :