Polynésie : Sébastien Lecornu veut l’immunité collective avant le retour des touristes français

tourisme polynésie française
ministre Outremer Bora
Dans le vaccinodrome de Vaitape. ©Polynésie la 1ere

Ce samedi 8 mai, le ministre de l’Outre-mer était en déplacement à Bora-Bora. Sur l’île dont l’économie dépend principalement du tourisme, Sébastien Lecornu a conditionné le retour des touristes européens à l’immunité collective des Polynésiens.

Quand les touristes européens pourront-ils venir en vacances en Polynésie ? Le ministre des Outre-mers a indiqué hier lors de son déplacement à Bora-Bora que ce retour ne sera possible qu’une fois l’immunité collective atteinte en Polynésie.

Pour le président de la Polynésie Edouard Fritch cet objectif de 70% de personnes vaccinées peut être atteint "en juillet, ou peut-être fin juin".

Le tourisme, premier secteur économique local

Le tourisme est le premier secteur économique local et l'un des plus affectés par la pandémie. La Polynésie n’a accueilli que 77.000 touristes en 2020, contre plus de 236.000 touristes en 2019 et très peu en 2021 en raison de la fermeture des frontières. Le PIB de la Polynésie française a perdu 10% en 2020.

La Polynésie française a encouragé le tourisme intérieur pour préserver les structures hôtelières des petites îles. Ces incitations ont surtout bénéficié aux pensions de famille et avec des effets limités sur les hôtels haut de gamme, fréquentés par des touristes fortunés.

A Bora Bora plus de la moitié des 11.000 habitants ont un métier lié au tourisme.

Le retour des touristes américains

La Polynésie a rouvert ses frontières aux touristes américains le 1er mai, avec un protocole strict imposant plusieurs tests et une quarantaine de dix jours aux voyageurs non vaccinés.

Mais faute de vaccin, les enfants doivent subir une quarantaine, ce qui suscite de nombreuses annulations, selon le PDG de la compagnie Air Tahiti Nui Michel Monvoisin.

"On voudrait assouplir ce point bloquant pour les enfants", a demandé Christophe Guardia, co-président du Conseil des Professionnels de l'Hôtellerie. Mais pour Sébastien Lecornu, "il n'en est pas question, parce que si on fait des efforts aussi importants depuis des mois, ce n'est pas pour créer une entaille dans le protocole qui créerait un danger".

L'épidémie de Covid-19 est en net recul en Polynésie depuis le début de l'année. La collectivité déplore 141 morts, mais aucun depuis deux mois, et seule une personne est actuellement hospitalisée en réanimation.