Le président malgache défend sa potion prétendument anti-coronavirus

coronavirus
madagascar rajoelina traitement coronavirus
Le 20 avril, le président malgache Andry Rajoelina a présenté un remède local contre le coronavirus, à base d'artemisia, une plante connue dans la pharmacopée traditionnelle ©RIJASOLO / AFP
Le président malgache Andry Rajoelina a balayé lundi les critiques sur l'efficacité et les dangers de la potion qu'il vante comme un remède contre le coronavirus, en dénonçant une attitude condescendante envers la médecine africaine.
 
"Si ce n'était pas Madagascar et si c'était un pays européen qui avait découvert ce remède, est-ce qu'il y aurait autant de doutes ? Je ne pense pas", a assuré M. Rajoelina lors d'un entretien à France 24 et Radio France International (RFI).
 

Pas de validation scientifique

Madagascar a fourni à sa population et à plusieurs pays africains un breuvage à base d'artemisia, une plante à l'effet thérapeutique reconnu contre le paludisme, en affirmant qu'il prévenait et soignait le Covid-19. Les éventuels bienfaits de cette tisane, baptisée Covid Organics, n'ont été validés par aucune étude scientifique.
    
L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a mis en garde jeudi les dirigeants africains contre la tentation de promouvoir et d'utiliser la potion malgache sans tests scientifiques.
Promoteur en chef de cette décoction, M. Rajoelina en a réaffirmé lundi l'efficacité. "La preuve que nous pouvons montrer maintenant, c'est bien évidemment la guérison de nos malades", a-t-il plaidé, "il n'y a pas de mort actuellement à Madagascar". A ce jour, 183 cas d'infections au Covid-19 ont été rapportés sur la Grande île, dont 105 guérisons et aucun mort.
   

Je pense que le problème, c'est que (ce produit) vient d'Afrique et on ne peut pas admettre, on ne peut pas accepter qu'un pays comme Madagascar ... ait mis en place cette formule pour sauver le monde.
-- Andry Rajoelina, président de Madagascar

 

Remède traditionnel

"Rien ne nous empêchera d'avancer, ni un pays, ni une organisation", a insisté le chef de l'État lagache, en réponse aux mises en garde de l'OMS. Interrogé sur l'absence d'essais cliniques confirmant les vertus de sa tisane, il a rappelé qu'elle avait "le statut de remède traditionnel amélioré" et ne nécessitait donc, avant d'être distribuée, qu'une "observation clinique selon les indications du guide élaboré par l'OMS".
    
"Nous avons respecté les normes éthiques reconnues universellement en matière d'études et de recherches cliniques", a martelé le président malgache. "C'est une guerre (contre le Covid-19), mais ce n'est pas la force militaire ou la puissance économique qui jouent actuellement, mais Dieu", a conclu M. Rajoelina, "le Seigneur nous a donné les plantes médicinales pour aider notre pays et le monde entier à lutter contre cette maladie".
Les Outre-mer en continu
Accéder au live