publicité

Projet Montagne d’Or en Guyane Emmanuel Macron annonce une décision à l’automne

Le « Livre bleu Outre-mer » qui va définir la politique du gouvernement durant le quinquennat a été présenté jeudi matin à l’Elysée. Pour la Guyane et le projet controversé de Montagne d’or, Le Président de la République annoncera sa décision après les conclusions du débat public.
 

Le site industriel de Montagne d'or en Guyane © Jody Amiet
© Jody Amiet Le site industriel de Montagne d'or en Guyane
  • Alain Jeannin avec Bruno Sat
  • Publié le , mis à jour le
Montagne d’Or est un projet de mine d’or industrielle en Guyane. Depuis le 7 mars, ses initiateurs s’efforcent de répondre aux questions de la population, dans le cadre d’un débat public mouvementé. Ce jeudi matin à Paris, Emmanuel Macron n’a pas éludé la question qui oppose d’un côté les partisans d’un développement économique autour de l’or, du bois et du pétrole, et de l’autre les défenseurs de l’environnement.

S’agissant des grandes mines, chacun sait la position que nous défendons depuis longtemps, seules des exploitations exemplaires en terme environnemental et socio-économique pourront être envisagées en France.

Il faut permettre au territoire de se développer, permettre de créer de l’emploi, et le faire de manière responsable avec le maximum de retour pour le territoire lui-même et avec l’attachement à la charte Mine Responsable et à nos objectifs environnementaux.

Sur le sujet de la mine d’or (Montagne d’or ndlr) nous recevrons à l’automne les résultats du débat public, il faudra prendre position à ce moment-là
.

 

Examen de passage

Le projet Montagne d’or est soutenu par les milieux socio-économiques et une majorité d’élus guyanais dont Rodolphe Alexandre, le Président de la Collectivité Territoriale, plutôt proche du chef de l’Etat. Mais Montagne d’Or fait l’objet d’une opposition déterminée d’associations locales, nationales et internationales de défense de l’environnement, et des représentants des Amérindiens.

Pour Montagne d'Or, 780 millions d’euros d’investissement sont envisagés et 3.750 emplois prévus dans une région frappée par un taux de chômage de 55%... Le projet situé à 125 kilomètres au sud de Saint-Laurent-du-Maroni nécessite de déboiser provisoirement une portion de la jungle amazonienne et de stocker des milliers de tonnes de boues cyanurées. Le dernier rapport d’expertise du BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) prend acte de «  la qualité globale des documents présentés par la compagnie minière de Montagne d’or », mais relève dans ses conclusions qu’ «  en dépit de cet apport documentaire progressif…le fait que ni l’étude d’impact, ni l’étude des dangers ne soient disponibles, laisse encore une large part d’incertitude »….

La décision de l’Etat dépendra donc des réponses environnementales encore attendues de l’opérateur minier, des garanties en matière d’emploi local, mais aussi, et peut-être surtout, de l’opinion publique, notamment guyanaise, qui semble, pour l’instant, très partagée…
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play