outre-mer
territoire

Qu'attendent les maires ultramarins présents au 102ème Congrès des Maires de France ?

politique
102è congrès des maires de France
©Edouard Richard / Hans Lucas
Le Congrès de l’Association des maires de France se déroule cette semaine à Paris. Certains maires d’Outre-mer ont inauguré la semaine en exprimant leur sentiment d’abandon envers l’Etat.
 
Le thème du 102ème Congrès des maires de France est paradoxalement appelé « Le maire au cœur de la République ». Un thème que Richard Nirlo, maire de Sainte-Marie, à La Réunion, ne prend pas à la légère. L’édile attend des décisions concrètes et veut redonner un vrai statut au maire.  L'élu de Sainte-Marie regrette que le maire ait perdu un certain nombre de prérogatives. « Les congrès des maires passent, les élections présidentielles passent, toutes les réunions passent et rien ne change !  » explique Richard Nirlo. Ecoutez le au micro d'Edwige Saint-Thomas, de France Ô la radio :

Richard Nirlo

 

 

Quels projets ?

Pour le maire de Kourou en Guyane, François Ringuet, ce qui est important c’est avant tout de débattre à propos des transferts de compétences des communes vers les intercommunalités. François Ringuet s’interroge : "Quels sont les projets que le gouvernement veut porter sur nos territoires ? (...) Est-ce qu'à un moment donné on va se retrouver uniquement à faire des mariages ?Une question à laquelle l’élu guyanais est venu chercher des réponses au Congrès. Ecoutez le maire de Kourou, interviewé par Alex Leveillé, de France Ô la radio :

François Ringuet, maire de Kourou

 

La responsabilité de l’Etat 

« Depuis 2014, nous sommes confrontés à ce déchet (NDLR : les sargasses) qui revient chaque année et qu’on doit nettoyer. L’Etat nous laisse seul, pourtant le Littoral de la Guadeloupe appartient à l’Etat » : explique Maurice Bonte, président de l’Association des maires de Martinique. Une problématique que le gouvernement connaît bien.
Emmanuel Macron avait expliqué lors d’une visite en Guadeloupe en 2018 que les sargasses sont « la conséquence du réchauffement climatique ». Depuis, un sommet, réunissant une dizaine de pays du 23 au 26 octobre 2019 et en présence du Premier ministre Edouard Philippe, a tenté de solutionner cette problématique. Les pistes avancées ont été de mettre en place une gestion régionale et internationale des sargasses.
 

« Que ce soit l’eau, les déchets, les sargasses, le chlordécone, l’hôpital, Dieu seul sait le nombre de problématiques que connaît nos territoires ! »


Jean-Claude Pioche, Président de l'Association des maires de Guadeloupe
 

 

Des problématiques spécifiques

Pour la majorité des élus présents, le plus important c’est avant tout de faire entendre leur parole. Jean-Claude Pioche, Président de l’Association des maires de Guadeloupe explique : « Le bilan que je retiens c’est qu’il faut être là pour exprimer aux ministres, au gouvernement et au président de la République nos difficultés. on a besoin d’eux parce qu’on veut donner le meilleur à nos populations".

Jean-Claude Pioche, Président de l'Association des maires de Guadeloupe



 
Publicité