publicité

Quatre choses à savoir sur les coulées de boue du Prêcheur en Martinique [SYNTHESE]

Des coulées de boue se sont engouffrées dans le lit de la rivière du Prêcheur il y a trois jours. Le volcan n’est pas à l’origine de ce lahar, la montagne Pelée ne se réveille pas et les autorités semblent avoir pris la mesure du danger. 

Le pont du Prêcheur après coulées de boues du lundi 8 janvier 2018 © L. François et J.E Emile
© L. François et J.E Emile Le pont du Prêcheur après coulées de boues du lundi 8 janvier 2018
  • CB avec Martinique 1ère
  • Publié le , mis à jour le

#1 Le volcan ne se réveille pas

La montagne Pelée n’est pas en train de se réveiller. Valérie Clouart, directrice de l’Observatoire volcanique et sismologique de la Martinique l’a déclaré à plusieurs reprises lors d’une réunion d’information organisée mercredi soir au Prêcheur. "Le phénomène en cours n'a rien à voir avec une quelconque activité sismique" de la montagne Pelée, dit-elle.


Les coulées de boues qui sont arrivées dans le lit de la rivière du Prêcheur il y a quelques jours proviennent des glissements de la falaise Samperre. Les fortes pluies de ces dernières semaines pourraient expliquer ce phénomène. Mais l’activité sismique n’est absolument pas à l’origine de ces coulées de boue. 


#2 Le système d'alerte est en partie endommagé

C'est en survolant la rivière du Prêcheur mercredi 10 janvier que les responsables de l'observatoire sismologique et des membres de la préfecture se sont rendus compte que le dispositif d'alerte de "Lahar" avait été arraché.

« Le système d'alerte en amont de la rivière a été arraché par la coulée de boue de dimanche soir », a précisé un technicien de l’Observatoire volcanique et sismologique de la Martinique.


"Des dispositions ont d’ores et déjà été prises pour engager sans délai le rétablissement de ce réseau automatique", assure la préfecture. Le réseau de sismomètres et de géophones  qui enregistrent en temps réel des bruits induits par le déplacement des blocs de pierre a été́ renforcé hier, mercredi 10 janvier 2018. Un troisième géophone a été́ installé. Regardez ci-dessous le reportage de Martinique 1ère qui a suivi les techniciens de l’Observatoire volcanique :

dispositif alerte
Lors des précédentes coulées de boue au Prêcheur en 2010, le système d’alerte avait été également arraché.

#3 Une cellule de veille active

La préfecture a mis en place une cellule de veille active pour suivre l’évolution du phénomène. Sont mobilisés : la préfecture, la DEAL (Direction de l’environnement, de l’aménagement et du logement), l’Observatoire volcanique et sismologique de la Martinique, La  collectivité territoriale de Martinique, le BRGM, la base hélico de la sécurité civile, le SDIS et la gendarmerie).


Pour sa part, la municipalité du Prêcheur a organisé un système de permanence des élus et des services municipaux.

#4 Evacuation prévue en cas d’alerte

Au Prêcheur, les riverains des quartiers des Abymes, cité Raymond Pohie et cité Coquette, situés non loin de la rivière sont en première ligne en cas d'intensification du phénomène de "Lahar" observé ces derniers jours. Ils sont entre 150 et 200 personnes concernées. Une procédure a été mise en place afin de les protéger. 


Les pompiers seront les premiers à donner l’alerte. En effet, deux pompiers sont placés chez la famille Delors qui habite non loin de la montagne afin de renforcer la surveillance et donner l'alerte en cas d'éboulement ou de nouveau départ de "Lahar". Deux autres sont à la bibliothèque où se trouve la sirène que l'on doit actionner en cas de danger. Et enfin les deux derniers au quartier Abymes afin d'aider à diriger les personnes en cas d'évacuation.

Selon Martinique 1ère, le phénomène devrait se poursuivre durant les prochains jours.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play