Qui sont les 7 Ultramarins du Top 50 des sportifs français les mieux payés ?

sportif ultramarin
foot
De gauche à droite et de haut en bas : Dimitri Payet, Raphaël Varane, Anthony Martial et Loïc Rémy. ©AFP
Le Top 50 des sportifs français les mieux payés, établi ce samedi par L’Equipe magazine, compte sept Ultramarins, principalement des footballeurs. Revue de détail.
L’Equipe magazine vient de publier un numéro « spécial salaires des champions ». Pour la quatrième fois c’est le basketteur Tony Parker qui occupe la tête du classement, avec un salaire annuel brut avant impôts de 19,6 millions d’euros, suivi de près par le footballeur Paul Pogba (18 millions).
 

Prime aux footballeurs 

Le premier Ultramarin est dans le Top 10 : il s’agit de Dimitri Payet (10e) qui a gagné quinze places en 2016 avec un revenu estimé à 9,5 millions d’euros (+ 3,5 millions par rapport à l’an passé). C’est grâce à sa prolongation de contrat avec West Ham, et la prime qui va avec (1 million estimé), que le Réunionnais grimpe dans l'échelle des salaires.
 
Suivent d’autres footballeurs dans le Top 50 : les Martiniquais Raphaël Varane (7,2 millions, soit + 0,2 million sur un an, 14e du classement), Loïc Rémy (6,5 millions soit - 0,1, 20e), Gaël Clichy (6,4 millions  soit -0,6, 22e), Anthony Martial (6,1 millions soit + 2,1, 25e) et le Guadeloupéen Alexandre Lacazette (5,5 millions soit + 1,3, 34e).
 
Le basketteur guadeloupéen Alexis Ajinça fait son entrée dans le Top 50 cette année avec des revenus estimés à 4,1 millions d’euros (50e).
 

4 millions pour Gaël Monfils 

Hors du Top 50, mais pas très loin, le tennisman antillais Gaël Monfils a gagné près de 4 millions en 2016. Les champions et médaillés mondiaux ou olympiques ne figurent toujours pas dans ce classement. Selon les années, ils ne sont que quelques-uns à dépasser le million d’euros (brut avant impôt). C’est le cas de Teddy Riner en 2016. Un grand cru pour le judoka guadeloupéen, dont la figure d’icône lui a permis de frôler les 2 millions.
 
Enfin, faisant partie des meilleurs handballeurs français, le Réunionnais Daniel Narcisse atteint les 600.000 euros brut annuel de salaire, auxquels s'ajoutent 45.000 euros de prime de médaille d’argent aux Jeux Olympiques.
 
Chez les femmes, la seule Française à pouvoir soutenir la comparaison en sports collectifs est Sandrine Gruda, qui a bénéficié de six mois d'un très généreux contrat de 700.000 euros en Russie, avant de signer en Turquie. Par ailleurs son titre estival avec les Los Angeles Sparks a assuré un confortable bonus à la basketteuse martiniquaise.