Rixe en Essonne : un adolescent martiniquais mis en examen pour meurtre et tentative de meurtre

faits divers
Boussy Saint Antoine
La rixe a eu lieu devant la piscine de Boussy-Saint-Antoine ©Thomas Coex - AFP

Un adolescent de 15 ans qui s'était rendu à la gendarmerie en se présentant comme l'auteur du coup mortel sur un mineur de 14 ans mardi à Boussy-Saint-Antoine (Essonne) a été présenté à un juge d'instruction et mis en examen pour meurtre et tentative de meurtre. Il est né en Martinique.

[MISE À JOUR DU 26 FÉVRIER]

Sept adolescents âgés de 15 à 17 ans ont été présentés jeudi à un juge d'instruction. Sept mineurs déférés dans le cadre de l'enquête sur le meurtre d'un collégien de 14 ans poignardé mardi à Boussy-Saint-Antoine (Essonne) lors d'une rixe entre jeunes, a annoncé la procureure d'Evry.

Trois mineurs ont été mis en examen pour violences en réunion et participation à un groupement en vue de la préparation de violences, et trois autres sont poursuivis pour participation à un groupement en vue de la préparation de violences. Le quatrième, âgé de 15 ans, a été placé en détention provisoire puis mis en examen vendredi, notamment pour meurtre sur mineur de 15 ans et tentative de meurtre sur mineur, selon le communiqué de la procureure Caroline Nisand.

Un suspect originaire de la Martinique

Ce jeune est né à Fort-de-France en Martinique. Il s'était rendu mardi à la gendarmerie, accompagné de sa mère, en se présentant comme l'auteur du coup mortel et des blessures sur un deuxième adolescent.  

Connu des services de police pour port d'arme, il était "allé au contact" et s'était "retrouvé encerclé" lors de la rixe, avant de porter "deux coups de couteau" en direction de deux autres adolescents, selon la procureure. L'un d'eux, 14 ans, est décédé d'un coup de "couteau au thorax, qui a touché le coeur" et le second, âgé de 13 ans, a été blessé à la gorge. Mais son pronostic vital n'est plus engagé.  

Les enquêteurs ne croient pas l'adolescent

Selon le service police/justice de France Inter, le jeune Martiniquais "a expliqué aux policiers lors de sa garde à vue qu'il n'aurait fait que se défendre, qu'il a trouvé le couteau par terre par hasard". Des propos qui n'ont, semble-t-il, pas convaincu les enquêteurs. "Plusieurs couteaux ont été retrouvés dans sa chambre lors de la perquisition", précisent nos confrères.

A l'encontre des six autre mineurs déférés, âgés de 16 et 17 ans, le parquet a proposé la qualification de violences aggravées, participation à un groupement en vue de commettre des violences et non assistance à un mineur de 15 ans en danger.

Leur placement sous contrôle judiciaire a été requis avec "notamment interdiction de paraître en Ile-de- France et interdiction de contact avec les coauteurs, les victimes et leur famille", précise le communiqué.

Les participants à cette rixe sont majoritairement originaires du quartier des Cinéastes à Epinay-sous-Sénart et celui du Vieillet à Quincy-sous-Sénart, en rivalité "depuis des années". Ces deux bandes composées d'une trentaine de jeunes s'étaient donné rendez-vous "en uniforme noir armés de couteaux, de béquilles et de bâtons", selon le parquet.

Aucun lien avec une autre rixe

Dans la matinée, six adolescents de 14 à 16 ans ont été mis en examen jeudi dans l'enquête sur le meurtre d'une collégienne de 14 ans poignardée lundi à Saint-Chéron (Essonne) lors d'une autre rixe entre jeunes. Les deux affaires ne semblent pas être liées, selon le parquet.
 

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live