outre-mer
territoire

Un rugbyman Polynésien grièvement blessé lors d’un match

accidents
Urgences hôpital de Pellegrin à Bordeaux
Photo d'illustration. Urgences hôpital de Pellegrin à Bordeaux ©DERRICK CEYRAC / AFP
Le rugbyman Jean-Paul Taïpunu, né d'une mère tahitienne et d'un père calédonien, est aujourd’hui sous assistance respiratoire. Il a été grièvement blessé dimanche à la suite d’un placage. Le joueur de 32 ans, a dû être transporté en hélicoptère vers le centre hospitalier de Bordeaux.

 
Deux jours après le terrible drame, Jean-Paul Taipunu a pu rouvrir les yeux selon nos confrères de France bleu qui ont pu joindre le président du club RCP Roquefort (le Rugby Club du pays de Roquefort) où évolue le joueur. Les médecins ont diminué les sédatifs, mais le joueur reste sous assistance respiratoire. Il reprend peu à peu conscience après une lourde opération à la moelle épinière. Lors de son accident, deux de ses vertèbres cervicales se sont brisée (la 5e et la 6e) et ont comprimé la moelle épinière. Le président du club Serge Berdet reste prudent sur la page facebook du RCP, quand à l'évolution l' état de santé du joueur.  
 

Le chemin à parcourir sera long tout en espérant dans le futur un résultat le plus positif possible. Gardera-t-il ou ne gardera-t-il pas des séquelles ? Beaucoup trop tôt pour le dire car il est seulement dans sa 1ère phase très importante voire vitale de sa guérison. Médicalement on peut raisonnablement l’espérer.  


Accident

Dimanche,  deux clubs se rencontrent dans le cadre du Championnat amateur de Promotion d’honneur de Nouvelle-Aquitaine le RCP Roquefort et Sainte-Livrade, dans les Landes. Cinq minutes avant le coup de sifflet final Jean-Paul Taipunu plaque un de ses adversaires. Il tombe, et reste cloué au sol. Il se plaint alors de ne plus avoir de sensations dans l’un de ses bras et deux de ses jambes.
 

Solidarité sur les réseaux sociaux

Sur les réseaux sociaux, le président du club Serge Berdet donne des nouvelles du joueur et rend hommage à sa femme enceinte de 7 mois. Sans véhicule, elle peut difficilement parcourir plus de 100 kilomètres pour se rendre au chevet de son époux. Un appel entendu par les internautes. Certains proposent de la véhiculer, d’autres de mettre une chambre à sa disposition à Bordeaux. La plupart d’entre eux laissent des messages de soutiens à la famille.
 
 
Publicité