Sanctions européennes : la Russie suspend les lancements depuis la base spatiale de Kourou

kourou
CSG
Accueil de la base spatiale à Kourou ©Jean-Gilles Assard
La Russie suspend les lancements depuis la base spatiale de Kourou en Guyane française. Elle rappelle son personnel technique en réaction aux sanctions de l'Union européenne à l'encontre de Moscou, après l'invasion russe de l'Ukraine, a annoncé samedi l'Agence spatiale russe (Roscosmos).

"En réaction aux sanctions de l'UE à l'encontre de nos entreprises, Roscosmos
suspend sa coopération avec les partenaires européens dans l'organisation des lancements spatiaux depuis la base spatiale de Kourou", a-t-elle indiqué dans un communiqué. Roscosmos rappelle également en Russie son personnel technique, composé de 87 personnes, qui se trouve actuellement en Guyane française, selon la même source.

Mesure du conseil européen

Le conseil européen a décidé jeudi soir d'interdire l'exportation vers la Russie des avions, pièces et équipements de l'industrie aéronautique et spatiale, en réaction à l'invasion russe de l'Ukraine. Le secteur aéronautique et spatial européen a plusieurs partenariats avec la Russie.

Roscosmos dispose ainsi avec Arianespace d'une co-entreprise, Starsem, pour exploiter la fusée Soyouz. Elle doit en principe lancer en 2022 huit fusées Soyouz, trois depuis Kourou (dont le satellite espion français CSO-3) et cinq depuis le cosmodrome russe de Baïkonour au Kazakhstan. En l'absence de fusées Soyouz, l'Europe n'aurait pas de capacité propre de lancement de certains satellites avant la mise en œuvre d'Ariane 6, dont le premier vol est attendu en fin d'année.