Transport aérien : les DOM destinations les plus recherchées sur internet pour les fêtes de fin d'année

transports
Aéroport Paris
©Jean-Michel Mazerolle
Les Outre-mer sont les premières destinations recherchées par les voyageurs au départ de l’Hexagone pour les vacances de fin d’année, selon Liligo.com. Le tiercé gagnant de ce moteur de recherche de voyages est La Réunion, la Guadeloupe et la Martinique. 
Le moteur de recherche de voyages sur internet confirme l’enquête d’outre-mer la 1ere annonçant, le 25 novembre dernier, la reprise des réservations de billets d’avion dans l'Hexagone, à destination des territoires ultramarins, au lendemain de l’allocution du Président de la République annonçant une amorce de déconfinement à la mi-décembre.

Les professionnels des moteurs de recherche de voyages sur internet le confirment: les destinations les plus recherchées pour les fêtes de fin d'année à partir de l'Hexagone sont incontestablement les destinations outre-mer. Dans l'ordre :
 
  1. Saint-Denis de La Réunion
  2. Pointe-à-Pitre en Guadeloupe 
  3. Fort-de-France en Martinique
Ces trois aéroports ultramarins occupent les trois premières places de ce classement 2020 réalisé début décembre par l’un d’entre-eux : Liligo.com, l’un des principaux moteurs de recherche de voyages et comparateur de prix des billets d’avion.

Dubaï, Dakar, New-York, Marrakech, Porto, Lisbonne et Istanbul sont, dans l’ordre décroissant, les autres destinations du Top 10 de Liligo.com. De son côté, lastminute.com rapporte que dans les recherches sur son site, la Guadeloupe arrive en troisième position, La Réunion est cinquième et la Martinique sixième. 
 

Mieux que l'an passé

Pour comparaison, l’an passé, à la même période, New York pointait largement en tête de ce Top 10, toujours selon Liligo.com, devant Pointe-à-Pitre et Londres. Fort-de-France et Saint-Denis de La Réunion n’arrivaient qu’en 4ème et 5ème position devant Bangkok, Dakar, Montréal, Alger et Porto.
 

"Destinations soleil"

« Cette année, les destinations tendances sont des destinations « soleil », affirme Guillaume Rostand, le porte-parole de Liligo. Seules deux destinations européennes remontent dans le top des recherches, à savoir Lisbonne et Porto. Les Outre-mer, marqués par une baisse du prix moyen des billets d'avion ainsi que des mesures sanitaires peu contraignantes pour les voyageurs, s'avèrent être un bon plan pour cette fin d'année compliquée, rythmée par une ambiance anxiogène et la mise en place de restrictions progressives (couvre-feu puis confinement) ».
 

La crise sanitaire

Ce résultat s’explique d’abord par les conséquences de la crise sanitaire : beaucoup de destinations internationales sont fermées aux touristes français ou nécessitent des conditions de circulation et des autorisations contraignantes qui limitent considérablement la perspective de voyager. Seules les destinations ultramarines - des destinations françaises qui relèvent du droit français et qui assurent une continuité des soins et une harmonie des mesures sanitaires  - permettent cette circulation avec suffisamment de garanties pour que des voyageurs se lancent vers ces destinations.

D’ailleurs, les compagnies aériennes continuent de confirmer la tendance à la hausse de ces réservations pour Noël, même sur des destinations lointaines comme la Polynésie française. « Le choix de maintenir notre programme de vol pour la fin de cette année est payant, confie Michel Monvoisin, le PDG d’Air Tahiti Nui. Les réservations ont tenu dans l’ensemble et, depuis l’annonce du Président Macron, la route reprend des couleurs. Nous avons repris intégralement les pertes de réservations constatées en novembre et constatons de nouvelles demandes ». Mais malgré cette hausse des réservations, le patron de la compagnie à la fleur de tiare reconnait que "Ce n’est quand même pas la grande euphorie. Nous sommes encore loin des chiffres d’avant Covid !"
 

Même constat des agences de voyage

Les agences de voyage constatent également la reprise des réservations vers les Outre-mer pour Noël. « On note 20 % de réservations en plus depuis 10 jours vers les Antilles, la Guyane et La Réunion, reconnait Miguel Marie-Magdeleine, de l’agence Morand Voyages à Choisy-le-Roi – une agence du sud-parisien qui réalise 70 % de son chiffre d’affaires avec les outre-mer. Ce sont essentiellement des Ultramarins de l’Hexagone qui, après les annonces d’une libre circulation pour les fêtes, ont décidé de passer Noël et le Nouvel an au pays. Beaucoup pensent qu’ils seront aussi plus libres de leur mouvement pour faire la fête outre-mer qu’ici en région parisienne ».
Agence de voyages
©JM Mazerolle

« Il devrait y avoir aussi des touristes parmi ces voyageurs, insiste Madly Schenin-King, créatrice du blog veilletourismeantilles.com. Les responsables des hôtels et des gîtes annoncent eux-aussi, ici en Guadeloupe et en Martinique, une légère augmentation des réservations : + 10 points par rapport à courant novembre, avec désormais des taux d’occupation qui devraient dépasser dans certains établissements les 40 %. On sait aussi qu’il y aura beaucoup de réservations de dernière minute si la crise sanitaire le permet. Beaucoup de personnes qui me suivent sur les réseaux sociaux disent vouloir fuir la morosité et le froid en hexagone et espèrent vivement venir faire la fête aux Antilles ! »

L’augmentation de réservations de ces derniers jours est une bonne nouvelle pour les compagnies aériennes très affaiblies économiquement par la pandémie, ainsi que pour les territoires d’outre-mer qui vont voir entrer un peu de cash dans leur économie avec l’arrivée de ces voyageurs. Pourtant, cette augmentation restera en-deçà des attentes des professionnels : le nombre de passagers devrait rester bien en-dessous du trafic réalisé lors des fêtes de fin d’année 2019 "une année record" comme l‘a expliqué Marc Rochet, le PDG d’air Caraïbes et French Bee. « En termes d’estimation sur le nombre de recherches sur les DOM TOM, nous sommes à -60% depuis Paris par rapport à Noel 2019 », renchérit Guillaume Rostand, porte-parole de Liligo. 
 

Des prix qui grimpent mais sont moins élevés qu'en 2019

C’est sans doute pour cette raison que ces destinations connaissent de véritables baisses sur le prix moyen du billet par rapport aux tarifs pratiqués en décembre 2019 : -27%, -21% et -14% respectivement pour Pointe-à-Pitre, Fort-de-France et Saint-Denis de La Réunion.
Pour autant, cette soudaine reprise des réservations a pour conséquence une remontée des prix : + 20 % environ en moyenne par rapport aux prix proposés il y a encore quelques semaines, courant novembre.  « Si vous avez l'intention de voyager, renseignez-vous et réservez dès maintenant car les tarifs sont pour le moment encore très intéressants, insiste Guillaume Rostand.  « Il y a fort à parier qu'ils pourraient rapidement augmenter après le 15 décembre si les nouvelles se montrent bonnes. Il faut garder en tête que la plupart des compagnies aériennes permettent aujourd'hui de modifier ou d'annuler ses billets d'avion sans frais et que nombreuses d'entre elles ont prévu d'augmenter leurs capacités de vols à l'occasion des fêtes de fin d'année ».

A défaut d’être un grand cru, crise du coronavirus oblige, les fêtes de fin d’année 2020 s’annoncent donc, avec cette reprise du trafic aérien de et vers les outre-mer, moins sinistrées que prévues pour les compagnies aériennes qui desservent ces destinations ultramarines, comme pour les voyageurs en quête de « déconfinement » qui vont pouvoir s’échapper ainsi que pour les économies de ces territoires qui bénéficieront de quelques retombées économiques en pleine crise.

Les moteurs de recherche de billets d’avion le confirment : ce sont bien les régions d’outre-mer qui permettront aux professionnels du transport aérien de sauver une partie de leur activité lors de ce nouveau pic d’activité que sont les fêtes de fin d’année, comme ce fut déjà le cas lors des grandes vacances estivales de l’été dernier.