Trois Ultramarins parmi les 56 députés de gauche qui ont voulu censurer le gouvernement Valls

politique
députés frondeurs
©DR
Le suspense a duré une bonne partie de la journée de mercredi concernant le dépôt d'une motion de censure du gouvernement Valls par des députés de gauche. Finalement, il ne leur a manqué que deux signatures. Parmi les 56 frondeurs, trois ultramarins : deux Martiniquais et une Réunionnaise. 
Si aucun des députés ultramarins appartenant au groupe socialiste de l'Assemblée nationale n'a signé la motion de défiance relayée par les frondeurs, trois députés des Outre-mer classés à gauche se sont associés à la démarche. Tous trois sont membres du groupe GDR, Gauche Démocrate et Républicaine. Au total 56 députés de gauche ont signé le texte, dont 28 socialistes. Il fallait 58 signataires pour que la motion puisse être déposée. 


Une Réunionnaise et deux Martiniquais

La députée de La Réunion Huguette Bello s'est associée à cette tentative de dépôt d'une motion de défiance, ainsi que ses collègues martiniquais Alfred Marie-Jeanne (par ailleurs président de la collectivité de Martinique) et Jean-Philippe Nilor

Le vote de ces trois députés de gauche n'a rien de réellement surprenant. Ce n'est pas la première fois qu'ils s'opposent au gouvernement Valls. En avril 2014, lors du vote sur le plan de stabilité, Huguette Bello et Alfred Marie-Jeanne avait voté contre le projet gouvernemental, tandis que Jean-Philippe Nilor s'était abstenu. 

Quelques mois plus tard, en septembre 2014, lors du vote de confiance au gouvernement Valls, Huguette Bello et Jean-Philippe Nilor s'était abstenu, tandis qu'alfred Marie-Jeanne avait voté négativement.