Une première Victoire de la musique classique pour les Outre-mer, et maintenant?

culture
Marie-Laure Garnier - Victoires de la musique classique
Marie-Laure Garnier à Auditorium de Lyon le 24 février 2021 ©Jeff PACHOUD - AFP

Depuis 2018 le concours Voix des Outre-mer met en lumière les talents du chant lyrique issus de ces régions. Parmi eux, Marie-Laure Garnier, récompensée aux Victoires de la musique classique. Le fondateur du concours Fabrice di Falco ne veut pas s'arrêter là. Son projetune école en Martinique. 

Marie-Laure Garnier sacrée révélation lyrique de l'année aux Victoires de la musique classique. Andréas Perez-Ursulet gagnant de l'émission Prodiges sur France 2. Luan Pommier dans La France a un incroyable talent sur M6... Point commun de ces chanteurs : ils sont tous passés par le concours Voix des Outre-mer. 

Créé en 2018 par Fabrice di Falco, Julien Leleu et l'association Les Contre Courants, le concours fait découvrir l'art de l'opéra à de jeunes chanteurs. Ses fondateurs bousculent aussi les institutions pour rendre les talents issus des Outre-mer plus visibles. La récompense reçue par la guyanaise Marie-Laure Garnier est pour eux une étape importante. 

"Un peu comme Miss France"

"On est très content parce qu’avec le concours Voix des Outre-mer, on a réussi à fédérer tous les Outre-mer afin de faire voter pour Marie-Laure. Comme on savait que le potentiel de votes était important, on a fait un peu comme Miss France, confie Fabrice di Falco. Le public était invité à départager trois nommés dans la catégorie "révélation artiste lyrique de l'année". Le vote du public comptait pour 50%. Un jury de personnalités pour 50%. Et la mobilisation a visiblement payé.

Dès qu’on a su fin décembre, que Marie-Laure était en lice, on a envoyé à nos partenaires, aux anciens candidats, aux nouveaux candidats, à tout le monde, *voter pour elle, voter pour elle* ! (…) On a créé des groupes whatsapp pour que les gens votent, se réjouit le contre-ténor martiniquais.

Le concours Voix des Outre-mer a été une fusée pour elle parce qu’on l’a imposé dans le milieu télévisuel, dans la presse"

Fabrice di Falco

 

Une belle récompense pour Marie-Laure Garnier qui a quitté la Guyane à l'âge de 14 ans pour se perfectionner à la pratique de la flûte traversière. A l'époque, elle ne sait pas encore qu'elle va se tourner vers le chant. " Mon parcours fait que je n'ai pas commencé le chant lyrique en Guyane. Je l'ai commencé directement en métropole. (...) Je suis partie parce que j'avais envie d'en faire mon métier et que les diplômes que je voulais passer n'étaient pas possibles en Guyane. Donc je n'avais aucun autre choix que de partir et il se trouve que j'ai découvert le chant lyrique", raconte la jeune femme.

Bientôt une école en Martinique pour pallier le manque

Faire sa place dans le monde de l'opéra : un défi difficile à relever sans agent ni producteur de disques. Fabrice di Falco poursuit son travail de lobbying pour accompagner les chanteurs tout en préparant la 4ème édition du concours. Son prochain défi : ouvrir une école gratuite de chant. Cette maison des Voix des Outre-mer va ouvrir en septembre 2021 à Saint-Pierre, en Martinique, une collectivité privée de conservatoire. 

"Dans les territoires où il n’y a pas encore de conservatoires, il y a de très bonnes écoles de musique, pour apprendre la clarinette, pour apprendre la contrebasse...Tout instrument de musique. Mais je déplore le manque de classes vocales gratuites, qui permettraient à chaque enfant d’aller, chaque semaine, quel que soit leur niveau de vie social", explique Fabrice di Falco. 

Un enjeu crucial d'accessibilité et de justice sociale pour Yoann Piazza, chef de chant de l'artiste lyrique. "Quand vous commencez en 1er cycle, c’est-à-dire le niveau le plus bas du conservatoire, vous avez une demi-heure de classe de chant, deux heures de chorale, deux heures de solfège et vous pouvez avoir d’autres matières en parallèle". Le tout chaque semaine pour un coût dérisoire de 150 euros par an. Dans le privé, les coûts des cours peuvent grimper de 50 à 100 euros de l'heure. D'où la nécessité de faciliter l'accès à ce type de formation vocale dans les Outre-mer. L'ambition de Fabrice di Falco : permettre aux chanteurs en herbe de rester "le plus longtemps possible sur place" avant de partir faire des études supérieures "avec un bagage qui ne sera pas remis en question". 

Quatre conservatoires Outre-mer

La Réunion et la Guyane disposent d'un conservatoire. La Polynésie française et la Nouvelle-Calédonie aussi. La collectivité territoriale de Martinique a fait un autre choix, l'EMEA, l'école martiniquaise d'enseignement des arts, avec une formation en musique, danse et théâtre. "Pour le moment, nous en sommes à la fédération des écoles de musique et de danse sur le territoire", précise Marie-Hélène Léotin, membre du conseil exécutif chargée du patrimoine et de la culture.