Vendée Globe : le Martiniquais Clément Giraud boucle la course en moins de 100 jours

voile
Clément Giraud
Clement vient de couper la ligne et commence a réaliser la portée de son exploit. ©Jean-Marie Liot / Alea

Incroyable bonhomme, le marin né en Martinique vient de boucler son tour du monde à bord de son Imoca Compagnie du Lit / Jiliti. En 99 jours 20 heures 8 minutes et 31 secondes, il a reussi son pari. Mais à cause de la marée, il ne va pas savourer la remontée du chenal avant quelques heures. 

Clément Giraud est un homme de défi. En reprenant le bateau prêté par Erik Nigon après que le sien ait brûlé dans le port du Havrre en 2019, il a réussi son pari de boucler son premier Vendée Globe en franchissant la ligne d'arrivée de la bouée Nouch à 10 h 28 ce mardi matin. Il aura parcouru 28 138 milles à la vitesse moyenne de 11,74 noeuds

Ses dernières vingt quatre heures de course furent épiques, il a du faire un dernier empannage dans une mer formée au large du Cap Finisterre, avec 35 noeud de vent et une houle de plus de six mètres. Un endroit où il ne fait jamais bon naviguer en père peinard. Il a meme croisé cette nuit un cargo du nom de Clémentine causant une belle frayeur à toute son équipe à terre. Mais le Martiniquais a réussi a couper la ligne avant 15 h 02, ce qui était la limite des 100 jours de course. 
 

Je nai pas de mots, bizarrement c'est arrivé un peu vite. Cette nuit j'étais occupé tout le temps, juste le temps de me raser, me faire un café et c'était l'arrivée. C'est une grande émotion, je suis comme anesthésié et sans doute que la remontée du chenal me permettra de réaliser. Pas question de rentrer sans mon bateau, on est partis ensemble , on rentre ensemble. C'est incroyable j'ai fait le tour de la terre  !

Clément Giraud, skipper Compagnie du Lit / Jiliti

 

Il termine donc à 19 jours de Yannick Bestaven le vainqueur, mais là n'est pas l'essentiel. Clément a réussi dans sa course à se repositionner après un départ prudent. Il a gagné deux places au classement en dépassant Miranda Merron et Manu Cousin lors de la remontée de l'Atlantique. De régatier, il est devenu marin. En passant le Cap Horn, il a écrit une nouvelle aventure de sa vie. 

Clément Giraud
Le bras levé Clément salue ses supporters ©Jean-Louis Carli / Alea

Après avoir pu embrasser ses proches, il doit malheureusement rester en mer à cause de la marée qui l'empêche pour le moment de rentrer dans le célèbre chenal des Sables d'Olonne et de savourer ce moment unique pour ces solitaires.
La remontée du chenal est un moment symbolique de la fin de leur aventure, habituellement devant des milliers de spectateurs mais cette année ce sera un peu plus discret que d'habitude.
Clément Giraud n'en appréciera pas moins le moment en fin d'après midi. Il pourra ensuite toucher terre, et savourer cette entrecôte au foie gras dont il rêve depuis plusieurs jours .