Voiture incendiée à Paris : le policier martiniquais porte plainte pour usurpation d'identité

société
Kevin Philippy
Le policier martiniquais, Kevin Philippy, a été décoré de la médaille d'or de la sécurité intérieure place Beauvau, en présence de François Hollande. ©© CAPTURES D'IMAGES FRANCE 2
Kévin Philippy, l'adjoint de sécurité martiniquais agressé par des casseurs lors de l'incendie de son véhicule de police a déposé plainte pour usurpation d'identité. Ce dépot de plainte fait suite à la diffusion d'un témoignage sur RTL, lundi, d'un homme se présentant comme lui. 

Le policier de 29 ans, dont la réaction face à son agresseur en marge d'une manifestation mercredi 18 mai, a fait de lui un héros du web, aurait déposé plainte à la suite de la diffusion (partielle) d'un témoignage ce lundi sur RTL d'un homme se présentant comme lui, révèle Le Parisien. 

La radio a annoncé lundi qu'elle ne diffuserait pas en intégralité cet entretien. "Nous devions diffuser ce lundi 23 mai au soir le témoignage du policier victiime d'agression la semaine dernière en plein Paris. Au cours de la journée, des doutes sur l'authenticité de ce témoignage sont apparus. Nous avons donc pris la décision de ne pas la diffuser dans son intégralité comme annoncé sur notre antenne.

"Je n'ai aucune haine" 

Dans ce témoignage recueilli par RTL, l'homme se faisant passer pour Kevin Philippy avait expliqué qu'il "n'avait aucune haine" contre ses agresseurs, et qu'il était "en paix", comme le relate le JDD qui avait relayé cet interview. "Si j'avais sorti mon arme ou donné des coups, je serais passé du statut de héros à celui de zéro. Je ne serais peut-être pas là pour vous parler, ma carrière aurait pu se terminer", avait expliqué le personnage interrogé.  

Trois des quatre hommes spoupçonnés de l'agression ont été remis en liberté

Mardi 24 mai, trois des quatre hommes soupçonnés de l’agression du policier martiniquais Kevin Philippy ont été remis en liberté. Trois jours plus tôt, ils avaient pourtant été mis en examen, notamment pour tentative de meurtre sur personne dépositaire de l'autorité publique et destruction de bien en bande organisée. Le parquet a fait appel, mercredi 25 mai, de la remise en liberté des agresseurs du policier martiniquais, Kevin Philippy. Ces décisions avaient suscité la colère des syndicats de police. Alliance dénonce une décision "incompréhensible".

L'adjoint à la sécurité va désormais intégrer la police

Kevin Philippy a été décoré ce samedi 21 mai, par Bernard Cazeneuve, au ministère de l’Intérieur. "Je vous décerne la médaille d’or de la sécurité intérieure", a déclaré le ministre de l’Intérieur. François Hollande est également venu le saluer. Une cérémonie durant laquelle, Kevin Philippy a eu les larmes aux yeux.  Le Martiniquais, adjoint de sécurité, va désormais officiellement intégrer la police. "J'ai demandé au directeur général de la police nationale, en raison de l'image qu'il a donnée de l'institution, de bien vouloir prendre toutes dispositions pour que Kevin puisse être intégré comme gardien de la paix dans la police nationale", a déclaré le ministre de l'Intérieur.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live