outre-mer
territoire

Vue de l'espace, l'impressionnante invasion des algues sargasses en Guadeloupe

mer
sargasses vues de l'espace
Vue de l'espace des sargasses en Guadeloupe, prise le 6 juillet 2019 par le satellite Copernicus Sentinel-2. ©ESA
L'Agence spatiale européenne a publié un cliché pris de l'espace de la Guadeloupe, mettant en exergue l'invasion des algues sargasses. Il témoigne de l'ampleur du phénomène. 
Vue de l'espace, l'invasion des algues sargasses au large de la Guadeloupe est impressionnante. Sur un cliché pris par le satellite Copernicus Sentinel-2 le 6 juillet dernier et publié par l'Agence spatiale européenne (ESA), il n'est pas difficile d'apercevoir l'ampleur de la présence d'algues dans la mer. 
 
sargasses vues de l'espace
Vue de l'espace des sargasses en Guadeloupe, prise le 6 juillet 2019 par le satellite Copernicus Sentinel-2. ©ESA
Les zones encadrées d'un rectangle montrent les nappes d'algues, colorisées en rose lorsqu'elles sont en surface et en noir lorsqu'elles sont sous l'eau. 
 
L'invasion de ces algues pose un réel problème aux territoires concernés. Ainsi, le Mexique craint pour le tourisme alors que le pays a accueilli plus de 39 millions de voyageurs en 2017. Sur un autre cliché publié par l'ESA, on devine également les nappes d'algues au large de la côte est mexicaine. 
 
sargasses au mexique vues de l'espace
©ESA
 

Hydrogène sulfuré

Les sargasses ont été observées pour la première fois en 2011 et depuis, les scientifiques tentent de comprendre ces échouages de masse et de les endiguer. Car lorsqu'elles échouent sur les littoraux de la Caraïbe, les algues sargasses se décomposent et dégagent une odeur pestilentielle d'œuf pourri, dû à l'hydrogène sulfuré qu'elles contiennent. En plus d'être potentiellement toxique pour l'homme, la décomposition des algues menace la biodiversité en aspirant l'oxygène de l'eau et bloquant la lumière pour les organismes marins. 

Les autorités, qui ont 48h pour agir et retirer les algues, sont dépassées par la quantité et la rapidité avec laquelle arrivent les algues. Pour tous, les désagréments sont bien présents. En juin dernier, Emmanuel Macron a confirmé le soutien de l'Etat aux collectivités chargées du ramassage des algues
Publicité