publicité

Glencore en Nouvelle-Calédonie : les perspectives de Koniambo Nickel s'améliorent

Adossé à la grande usine du Nord, le massif du Koniambo est l'un des plus importants gisements de nickel au monde. C’est l’eldorado minier de la Province Nord en Nouvelle-Calédonie. Le partenariat industriel entre Glencore et ses partenaires indépendantistes est relancé.

Mineurs Koniambo © Alain Jeannin (Outre-mer 1ère)
© Alain Jeannin (Outre-mer 1ère) Mineurs Koniambo
  • Par Alain Jeannin
  • Publié le , mis à jour le

La montée en puissance de l’usine du Nord se poursuit. La production de nickel a été de 13.600 tonnes en 2016, en hausse de 4.500 tonnes. Le rapport annuel 2016 de Glencore souligne une "dynamique positive". Prévue dès 1966 par le général de Gaulle pour rétablir l’équilibre économique et géographique entre les Provinces, le complexe industriel a fini par sortir de terre sous l’égide de la multinationale anglo-suisse, associé minoritaire de la SMSP calédonienne.
 

Le contexte s’améliore

L’entreprise de négoces reste prudente, mais elle souligne que le cours du nickel a rebondi, que la production d’acier inoxydable au nickel est en hausse de 10 % et que la demande mondiale en ferronickel est forte. Une bonne raison pour valoriser et soutenir l’usine du nord. Glencore a renoué avec les bons résultats l'an dernier. Le groupe de Suisse centrale actif dans le négoce, le courtage et l'extraction de matières premières a dégagé un bénéfice de 936 millions de dollars, après une perte abyssale de 8,1 milliards en 2015.

Koniambo Nickel

En province Nord de la Nouvelle-Calédonie, l'usine Koniambo Nickel (KNS), codétenue par les indépendantistes de la SMSP et Glencore, est en passe de résoudre ses problèmes. Le four n° 1 a été reconstruit et il fonctionne bien. En 2017, KNS devrait produire 20.000 tonnes par an avant l’entrée en pleine puissance du four n°2 dont la reconstruction vient d'être lancée. « Avant d'atteindre le point d'équilibre en 2018-2019, avec une production de 45.000 à 50.000 tonnes, nous devrons encore investir 300 à 500 millions de dollars », précise la direction de l'entreprise calédonienne KNS à notre consœur Anne Pitoiset des Echos.

Koniambo, le retour du fils prodigue

Dans son rapport annuel 2016, volumineux document qui offre un aperçu de son empire mondial des matières premières, la société multinationale anglo-suisse évalue les réserves en nickel du massif du Koniambo. Elles sont impressionnantes. Les ressources minérales présumées et ajustées sont de 88 millions de tonnes de minerai tandis que les ressources minérales mesurées sont de 13 millions de tonnes à forte teneur : 2.50 % de nickel. De quoi répondre et pour longtemps à l’appétit de l’industrie asiatique de nickel, notamment chinoise. 

Les réserves de nickel du Koniambo sont estimées par Glencore à 9,7 millions de tonnes. Les réserves probables s’élèvent à plus de 26 millions de tonnes. Enfin, les réserves totales sont estimées à 35,9 millions de tonnes avec une teneur en nickel de 2 %. Dans son rapport annuel, Glencore se permet de ne pas prendre en compte 34 millions de tonnes supplémentaires. Des minerais de « qualité moyenne » sous la teneur de 2 %. Ils seront utilisés le moment venu.
Pour Jean-François Lambert, membre du cercle Cyclope et négociant en matières premières à Londres : « C’est un grand gisement de nickel très riche, ils ont résolu en grande partie les problèmes techniques de l’usine et ils sont dans le bon timing. Le Koniambo est un gros atout pour Glencore, il lui procure du nickel et pour longtemps ». En Suisse, le service de communication de la multinationale se refuse à tout commentaire. Il renvoie sur les dirigeants de son usine calédonienne...

Vue de l'usine du Nord (Koniambo Nickel), en Nouvelle-Calédonie. © ALAIN JEANNIN
© ALAIN JEANNIN Vue de l'usine du Nord (Koniambo Nickel), en Nouvelle-Calédonie.

Glencore et la valeur du Koniambo

Dans son rapport annuel 2016, la multinationale anglo-suisse livre une estimation de sa participation minoritaire dans certaines de ses filiales. Pour l’usine du Koniambo, le rapport estime la participation (49 %) de Glencore à 2,653 milliards de dollars. Elle était de 2,460 milliards en 2015. La différence entre les deux chiffres correspond au montant des dépenses et des investissements.

Nickel global

La production mondiale de nickel par Glencore – incluant le minerai - a été de 115,100 tonnes en 2016 soit 18,900 tonnes de plus (20%) par rapport à 2015. Pour les sites métallurgiques de Glencore et de ses filiales, la production a été de 66.200 tonne de nickel, en hausse de 33 %. Glencore produit du nickel au Canada, en Norvège, en Australie et en Nouvelle-Calédonie.

Lire le rapport annuel de Glencore

Glencore rapport annuel 2016 en anglais
 

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play