Propos de Christine Boutin sur les homosexuels : Nathalie Fanfant demande des sanctions

politique
Nathalie Fanfant
Nathale Fanfant, secrétaire nationale UMP en charge de la lutte contre les discriminations ©France Ô
Des cadres de l'UMP dont la secrétaire nationale du parti en charge de la lutte contre les discriminations, appellent à des sanctions contre Christine Boutin qui multiplie les dérapages sur les personnes homosexuelles.
Elle n'aura eu de cesse de donner son avis. Christine Boutin est opposée au mariage gay et n'a pas manqué de le faire savoir. Son parti politique, le Parti chrétien démocrate ne compte que deux députés. Pourtant depuis le début du débat sur le Mariage pour tous, les caméras se pressent à la porte de Christine Boutin jamais avare de petites phrases.
 
Sur les plateaux de télévision, comme sur Twitter, elle n'a pas manqué une occasion de dire tout le mal qu'elle pensait du mariage homosexuel, des propos jugés parfois homophobes tant ils stigmatisent les personnes homosexuelles elles-mêmes. Sa dernière sortie remarquée a eu lieu ce lundi sur RMC alors qu'elle était interrogée sur la Palme d'or du Festival de  Cannes, décernée" dimanche 26 mai au film la vie d'Adèle d'Abdellatif Kechiche qui narre une histoire d'amour entre deux femmes.
" Franchement, le jour du 26 mai, la Manif pour tous (…) On ne peut pas voir un film à la télévision, une série, sans qu’il y ait les gays qui s’expriment. Et maintenant c’est la Palme d’or, ça va quoi ! On est envahis, on ne peut plus avoir une histoire sans histoire gay", a répondu Christine Boutin.

 
"Consternés par tant de bêtise et de vulgarité"

Des propos largement repris, qui ont fait réagir jusque dans la famille politique de leur auteur. Ainsi des cadres de l'UMP ont appelé à des sanctions contre elle. "Consternés par tant de bêtise et de vulgarité, nous sommes convaincus que notre famille ne peut pas se permettre" de subir les effets négatifs de déclarations aussi haineuses que déplacées de Christine Boutin, écrivent ainsi quatre secrétaires nationaux et le délégué de Nouvelle Donne, un groupe de travail au sein de l'UMP.
 
Nathalie Fanfant compte parmi les signataires de ce communiqué. Pour la secrétaire nationale UMP en charge de la lutte contre les discriminations, la coupe est pleine. "Ca suffit", déclare-t-elle, jointe par téléphone. Les homosexuels n'ont pas à être stigmatisés systématiquement". D'autant plus que les propos de la présidente du PCD, Parti associé à l'UMP "donnent une mauvaise image de notre famille politique. "Nous ne sommes pas comme ça, assure Nathalie Fanfant, nous ne sommes pas sectaires".
 

Une tape sur les doigts

Nathalie Fanfant qui se dit favorable au mariage ou à l'union de couples de même sexe, "mais pas tel qu'il est présenté dans la loi qui vient d'être votée" , demande des sanctions contre Christine Boutin et cite l'exemple de Guillaume Peltier. "Lorsqu'il a eu ses propos sur Nathalie Kosciusko-Morizet,  il a écopé d'un beau rappel à l'ordre. Sans demander l'exclusion - même si celle-ci serait sans doute méritée-, disons qu'une mise au point, ou une petite tape sur les doigts ne ferait pas de mal", ajoute-t-elle.
Pour l'instant, l'UMP n'a pas officiellement pris de mesure envers Christine Boutin, même si le sujet a été longuement évoqué lors du bureau politique qui s'est tenu ce mercredi matin.
Baroin s'inquiète de la droitisation de l'UMP
Dans un entretien à l'Express, l'ancien ministre des Outre-mer François Baroin  a déploré une "trop grande porosité entre l'UMP et le FN".
"Aujourd'hui, l'UMP est une vraie ligne de fracture", une "querelle doctrinale profonde", "entre ceux qui veulent déplacer le centre de gravité vers la droite et ceux qui, comme Alain Juppé, François Fillon, moi-même et bien d'autres, naturellement, souhaitent conserver l'esprit du pacte des fondateurs", a-t-il poursuivi.

Dans sa ligne de mire, Patrick Buisson, qui a conseillé Nicolas Sarkozy du temps de sa présidence, mais aussi Guillaume Peltier, le leader de la droite forte. "Je ne respecte que ceux qui sont investis du suffrage universel pour porter la parole de l'UMP. Lui l'a combattue quand il était à l'extrême-droite ou avec Philippe de Villiers", a-t-il ajouté.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live