Pour préserver les poissons, mangez des méduses

environnement
Méduse
Une méduse Aurelia aurita, photographiée dans l'Océan Atlantique au large de la Norvège. ©Reinhard Dirscherl / TIPS / Photononstop
Alors que le nombre de méduses augmente dans les mers et les océans du monde entier, l'Organisation des Nations Unies recommande de s'en servir à des fins médicales ou de consommation alimentaire.
Le conseil peut paraître étonnant, et surtout peu ragoûtant. Il émane pourtant de la très sérieuse FAO, l'Organisation des nations unies pour l'alimentation et l'agriculture. Ses experts sont partis de ce simple constat: alors que le nombre de poissons diminue dans les océans, les méduses elles prolifèrent.
La raison évoquée par la FAO: la surpêche, responsable de la disparition des grands prédateurs marins. Les méduses ne sont donc plus ou peu menacées. En revanche, elles mêmes se nourrissent de larves et de petits poissons, ce qui réduit "encore la résilience des populations halieutiques déjà frappées par la surpêche".
 

Séchées ou en salade

Un phénomène constaté dans la Méditerranée, récemment, mais déjà noté en Mer Noire et mer Adriatique dans les années 80. En règle générale, les méduses sont de plus en plus présentes dans les mers et océans du monde entier.
 
Pour contrer ce phénomène, la FAO recommande, entre autres, de développer les produits à base de méduses pour l'alimentation, ou la médecine. L'organisation ne va pas jusqu'à proposer des recettes, mais quelques recherches rapides nous apprennent que la la méduse se consomme séchée et salée, sous forme de brochettes en Chine et dans certains pays d'Asie. D'autres, préfèrent la Rhopilema esculenta (l'espèce la plus consommée) sous forme de salade.  Le site Cuisine de la mer propose même une recette de salade de méduse, délicieuse selon son auteur, et il faut le reconnaître, plutôt appétissante.