Des étudiants guadeloupéens piégés par un faux partenariat avec l'université Lyon 2

éducation
IDM guadeloupe
L'école I2M à Pointe-à-Pitre ©Guadeloupe 1ere
L'université Lyon  2  a lancé une enquête visant un de ses enseignants sur une affaire de faux partenariat avec une école de commerce guadeloupéenne, ayant conduit à la délivrance indue de diplômes universitaires.
L'affaire, révélée jeudi par la Tribune de Lyon, débute en février lorsque plusieurs étudiants de l'I2M, basé à Pointe-à-Pitre, s'étonnent auprès de l'administration lyonnaise de ne pas avoir reçu leurs cartes d'étudiants de Lyon  2 .
 En vérifiant le site internet de l'établissement guadeloupéen, la direction lyonnaise découvre que l'I2M prétend délivrer des diplômes "en lien avec l'université Lyon  2 ", a expliqué à la presse le président de l'université, Jean-Luc Mayaud.

Le même site "reprend la plaquette d'enseignement" de l'Institut de la communication (ICOM) de Lyon  2 , mais exige des frais d'inscription dépassant les 4.000 euros par an, "plus de dix fois supérieurs aux nôtres", poursuit le responsable.
Or aucune trace de ce partenariat n'est retrouvée à Lyon  2 , qui exhume finalement une délibération de l'une de ses instances, datant du printemps 2011, qui "rejette la proposition de collaboration" avec cette école, selon M. Mayaud.
 

L'enseignant dispensait des cours en Guadeloupe

En revanche, l'administration lyonnaise découvre qu'une cinquantaine d'étudiants de l'I2M ont bien été inscrits à Lyon  2  aux rentrées 2011 et 2012, "avec dispense d'assiduité". La première promotion s'est vu délivrer en juin 2012 des diplômes de licence 3 et master 1 de l'ICOM.
Le président de Lyon  2  lance alors une enquête disciplinaire visant le directeur de l'ICOM, Alain Girod, et constate notamment qu'il s'est rendu "encore au printemps" en Guadeloupe pour y enseigner une quinzaine de jours, hors de tout cadre administratif.
          
Parallèlement, l'I2M concède que le partenariat avec Lyon  2  "n'est pas encore encadré par une convention en bonne et due forme", mais assure que son principe "a été approuvé" par l'ICOM, avançant un document signé par M. Girod le 11 juillet 2011.
Le directeur de l'ICOM, qui enseigne depuis une quinzaine d'années à Lyon  2 , a également signé "les PV de jurys" qui ont conduit à la délivrance des diplômes. L'enquête doit déterminer s'il a bénéficié de "complicités".
 

Une session d'examens spéciales pour les étudiants lésés

Devant l'inquiétude des étudiants guadeloupéens, Lyon  2  a décidé d'organiser une session spéciale d'examens en septembre. L'université a obtenu de l'I2M la promesse que l'institut prendrait en charge les frais de voyage et de séjour.
 
"Comme nous, les étudiants sont des victimes de cette officine", a estimé M. Mayaud. Un espace leur a été ouvert sur le site internet de Lyon  2 , avec cours et bibliographies, pour leur permettre de préparer l'examen.
L'enquête administrative, en cours d'instruction, donnera lieu à un premier rapport samedi, avant un conseil de discipline prévu en septembre. L'instance peut prononcer des sanctions allant jusqu'à la révocation de l'enseignant.

Vers des poursuites?

Le président de l'université, qui a signalé l'affaire au parquet de Lyon, se réserve la possibilité de poursuites "y compris au pénal", s'il découvre "qu'il y a eu des malversations, des rémunérations indues".
"Pour l'instant, les proches de cet enseignant disent qu'il a agi de manière désintéressée", a souligné M. Mayaud, qui n'a eu "aucun contact" avec le directeur de l'ICOM et qui "s'y refuserait".