Les gendarmes démantèlent un réseau de trafic d'armes qui touchait l'hexagone et l'outre-mer

faits divers
Une vaste opération de gendarmerie a été menée ce lundi matin à l'aube à travers tout le pays. Les gendarmes ont interpellé 45 personnes soupçonnées d'avoir participé à un trafic d'armes qui provenaient de Slovaquie et des Balkans. 
C'est le 14 février 2012, près de Reims, que l'affaire a débuté. Lors d'une perquisition chez un individu soupçonné de recel de vol, les gendarmes découvrent une vingtaine d'armes, des revolvers et des fusils, ainsi que des milliers de munitions. Très vite, les investigations mettent en évidence l'existence d'une filière d'armes en provenance de Slovaquie. 

Des armes de guerre

Pour tenter de démanteler ce réseau une cellule nationale d'enquêtes, "Armes 52", est constituée. Au cours de ses investigations, cette cellule met au jour une seconde filière, en provenance cette fois des Balkans. Selon les enquêteurs, depuis 2009, des centaines d'armes dont des armes de guerre, ont transité par ces réseaux pour entrer sur le territoire français.


Deux opérations Outre-mer

Ce lundi matin, 300 gendarmes étaient mobilisés pour opérer une série d'interpellations sur tout l'hexagone, notamment en île de France et dans la région de Marseille, mais aussi en Corse et en Outre-mer. Au total, 45 personnes ont été interpellées. D'après nos informations, deux individus ont été interpellés, en Martinique et en Guyane. Ils auraient achetés des armes via internet. 
La gendarmerie précise que d'autres interpellations et perquisitions devraient avoir lieu dans les jours à venir. 


Les Outre-mer en continu
Accéder au live